Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

/ / /

                          HISTOIRE  D'UN RÊVE FOU

          Cet essai fait suite à : "Un amour impossible"   ... 45 ans plus tard

ACTE I 

Il était là, à la sortie du métro: Issy les Moulineaux.                                     Il lui avait donné rendez-vous quelques jours auparavant. Etonnée, elle ne savait quoi penser, cela faisait si longtemps...  Plus de 40 ans!

LE voilà devant elle, il n’a pas changé. Seules quelques mêches grises entourent sa tête brune. Ses yeux sombres l’enveloppent tout entière.

ELLE... Pâle, sans voix, le cœur battant, le regarde et … Chancelle....

Déjà il l’a rattrape, la serre dans ses bras, à son oreille de sa voix basse, innoubliable, il lui murmure…
  - " Ma guerrière, comme tu es belle, comment j’ai pu, comment j’ai pu...

Le reste se perd... il dévore sa bouche de long baisers.
Puis  il dévisage le visage aimé, renié, mais jamais effacé de sa mémoire. Enfouissant les mains dans la douce chevelure auburn.

Il la re-connait, ils sont jeunes, ils sont beaux, ils se retrouvent enfin ...
Se dirigent vers ce grand bar d'où, se découvrant ils étaient partis, jusqu'à cette Caserne de Clamard... sans se poser de question... Juste s'aimer.

 

ACTE II

La  voilà jetée sur le lit d'une chambre inconnue,  au milieu de nul part.

Elle s’en fout. Il est  revenu, Il est là. Enfin !

Ils n’ont pas quitté leurs vêtements, mais rien n’entrave leur étreinte.
Elle niche sa tête dans son cou, reconnait son odeur, sa voix basse qui  lui dit et redit:

- "Tu étais la seule à me combler, je ne voulais pas, je devais pas t'aimer.

Et me voilà devant toi, fou de désir, déjà vaincu, incroyable Diablesse!

Les mains de l’homme fouillent sous le manteau, puis sous la robe, cherche son corps, le caresse longtemps pour être sûr de bien la reconnaître.

Elle, sa tête tourne. Elle pleure et balbutie...                                                         -" Tu  m'a tellement manqué.

...  Je te déteste autant que je t’aime, NON  je t’aime... plus.

Ses bras entourent le buste de son compagnon, ses jambes entrouvertes se croisent et se referment sur les reins de "son homme".
Un désir fou monte en elle... Qu’il la prenne là… Maintenant.

Mais le réflexe survient : "Attends… la salle de bain… je reviens…  
... Il ne la lâche pas.
–  "Non, non, restes- là,  je te veux,  avec
 ta souille, avec son odeur… 
Déjà il écarte le voile de ses dessous et mord sa bouche pour ne plus entendre le moindre refus, juste ses gémissements.

Il est déjà dans son ventre...La tête au creux de ses seins, il est partout.

Comment a-t-il fait ce magicien de l'amour ?

Lorsqu’elle sent qu’il est prêt à jouir alors qu’elle-même glisse vers son plaisir, elle le repousse doucement mais fermement :

-  "Regarde-moi, regarde- nous… mon amour, mon seul  amour...

Elle semble devenue folle devant la montée de son plaisir...

-  "Ensembles, viens mon amour dans l’incroyable, notre petite mort.
Il a cédé et c’est « ensembles » qu’ils vont jouir longtemps, longtemps.

 

ACTE III

Une sonnerie ? Sur la table basse, le tourne-disque laisse échapper la voix de Ferré qui gueule sa SOLITUDE.

Elle quitte son rêve. Elle s'enroule dans une position fœtale, les mains serrées entre ses cuisses... Une douleur brûlante au fond de son ventre…
Ses doigts glissent, caressent doucement son sexe, jusqu’à l’orgasme libérateur.

Douloureuse, Elle laisse couler ses larmes puisque rien ne pourrait les arrêter.

CE N' ETAIT QU' UN RËVE.... Mais IL était revenu… malgré le temps. 
Il  était resté le même, tendre, exigeant, virile... Il n’avait pas changé.

Elle entendait son rire, sentait sa présence, si fort, si gai, si vivant.

... Si vivant qu' Elle se recroquevilla contre lui et s’imagina  l'enfermer dans son corp… Comme avant.

ACTE IV 

- Ses bras enserrant le vide, elle se concentre pour se rendormir, pour  « le retrouver »  sur le lieu de leur rendez-vous, mais il ne revint pas.

Le coeur lourd Elle se réveille tout à fait. Il est six heure, de la rue monte le roulement des voitures, puis les sifflets du TGV de sept heures.Tout le bruit familier de la ville.
Déjà  - Télé-Matin-  annonce  sa kyrielle  de mauvaises nouvelles.
Alors, elle sort de son lit à regret, se fait un café,  une tartine.
Le jour qui pointe sera comme la veille, et comme le lendemain… 

Il n’y avait plus rien à attendre de "merveilleux"

Pourtant son corps la brûle parfois, malgré son âge. Dans sa tête, dans ce corps en décalage, il lui semble avoir 40 ans. Elle sait qu’elle pourrait encore vibrer dans les bras d’un homme... mais nul homme dans son lit.  
Penchée sur son miroir elle voit son visage sillonné de rides: les  griffes  du temps qui passe. Son crâne apparait clarsemé de cheveux d'un blanc - blond. Ses reins et ses épaules sont trop rondes à son goût,  et quelques douleurs vagabondes et sournoises martyrisent déjà son corps. 

-  "Avec le temps tout fout l’camp, qu’on ait été chouette ou tordue… tout est foutu, foutu, foutu»  Il ne fallait plus y penser. Et surtout…

Ne plus écouter  les mélodies de ce Léo Ferré qui lui parlait  de  "L’Amour fou" "Cette  blessure" et surtout de  "Ton style c'est ton cul... et c'est ton coeur"
Ne plus écouter cette belle voix forte et vibrante qui savait si bien chanter  L’AMOUR.

MJ 1962 -2012 - Extrait de: Mes nuits sans sommeil    

                                                P3143.jpg

                                                                     Clic sur l'image

                

                                          Léo Ferré :  " Ton style c'est ton cul, c'est ton coeur...

                                                                               

On voudrait revenir sur les pages où l'on aime,

mais les pages où l'on meurt sont déjà sous nos doigts.

Lamartine

Partager cette page

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com claire - dans Amour

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD