Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

/ / /

 Nous ne sommes faits que de notre passé.
Les feuilles de l'arbre peuvent bien tomber à ses pieds.
Elles pourrissent et constituent le terreau, 
Dont se nourrissent ses racines.
Et les arbres eux-mêmes meurent et finissent par s'abattre.
Pour se confondre peu à peu avec la terre et nourrir la forêt.
( Auteur inconnu )

           RACINES 

1915
    

    De bourgeon il devint branche, de branche il devint vie 
     Mon arbre gigantesque, né dans  une terre de l'Est
     Fort de sa souffrante jeunesse
     A peine entaillé de la terrible guerre
     Coulait des jours heureux
     Quelque part en Bourgogne

 

Tranchee-de-verdun.jpg

Concues dans la boue des tranchées de Verdun
Se formèrent deux rameaux
Toi mon Oncle,
Et toi, ma Mère

Puis vinrent des temps plus doux
Et l'arbre grandit
S'enrichit de sept branches
Qui devinrent mon berceau 

                                                                                                                                        

                            
 
1937

Je suis née d'un arbre fort, moi le rameau fragile
Le monde m'appartenait,  j'appartenais à ma souche 
Je riais dès l'aube aux chants des oiseaux
Innombrables promesses d'une vie heureuse
Je pliais sous leur poids  pourtant si légers
Petits amis de mon enfance, m'avez-vous pleurer ?
Frémissante sous les branches, guettant la moindre trouée

                                      1937-38---Copie.png

                                                                        1938    Année bonheur
 

    La guerre,  puisqu'il faut la nommer, mit fin à tout cela.

 

De ses bombes, nul arbre n'épargna
De ma souche blessée des branches se brisèrent
D'autres en gardèrent de terribles séquelles
Moi, " l'arrachée" par ce vent de folie, je tombais, tombais
 

Me perdais dans cette guerre, cherchant des bras
Pour apaiser mes faims de nourriture, de chaleur et d'amour
Dans des abris de pensionnats, au milieu de compagnes d'infortune
Seule avec ma peur, seule dans ces dortoirs gigantesques
Effrayée par ces orages meurtriers, je regardais le ciel, devenu hostile
D'où tombaient par milliers, des oiseaux de mort
C'est ainsi, que coupée de mes racines, je sombrais dans l'oubli

 

                               

1941 - 1945 

Je retrouve au fond de ma mémoire des odeurs,
Cours de fermes, chambres froides aux murs nus
Je vous reconnais mes nourrices aux visages sans nom
J'erre dans vos préaux, pensionnats bienveillants
Livrée aux prières de fausses-mères
Parfois grelottante, au fond de noirs abris
Nous les enfants de la guerre, hallucinées, nous priions 
Au fil du temps on vint me "visiter" à tour de rôle.
Je suis la filleule, la  nièce, la fille de Gisèle.
Moi je n'attends que Vous. Oh mon père, oh ma mère,
Quant vous reverrais-je ? N’oubliez pas l'oiseau sans ailes


Enfant clown

Le soir tombe, la lourde porte se referme
Cette nuit le dortoir deviendra océan
Aucun son, aucune plainte
Ne sortirons de ma gorge serrée
Mes bras se refermerons sur moi
Rien que sur moi
Alors,  noyée dans mes larmes
Je dormirai d' un sommeil sans rêves

Une fille de l'est se doit d'être forte
Soudée au tronc de mes ancêtres
Du plus loin que je me souvienne
J'étais peintre, j'étais poète 
Je vibrais aux couleurs, aux parfums
A toutes formes de vie
Ce bonheur de courte durée
Me porta ma vie entière

          

                                                                                    foule2                              

        Plus tard, bien plus tard
       
Vaincue par ces tempêtes, anonyme
       
Je me glissais parmi les foules
        Ecrasée de mes trop lourds secrets
        A jamais, amputée de mon arbre 
        Je me fondais dans l'oubli.

 1996  Monique JOLAS

 

Partager cette page

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD