Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

/ / /

                 AH QUE... LA MAUVAISE IDEE DE VENIR A NICE...

     Je suis descendue seule à Nice. Heureuse de revoir  gentil Papa. -    Gentil ?...Que nenni. Ce n'est plus papa de mon adolescence à Meudon... où maman m'envoyais une semaine en  "vacances"  - Ma belle mère l'ayant trompé et bafoué le voilà devenu bougon, et intolérant. André, mon amoureux me rejoint dans le mini meublé de J. Garnier.  Il est très en forme ( si vous voyez ce que je veux dire) moi dépressive...Nos nuits ne sont pas mirobolantes surtout les miennes. Je réalise que, en quittant Paris, j'ai quitté quelques clients amis.... Et mis des kilomètre entre Claude... la Normandie et moi.  Eh oui, très amoureuses nous les femmes, nous avons du mal à décrocher. 

    Entre temps j'ai trouvé un emploi près du lieu où habite Papa qui, parfois garde ma fille. 

- Anecdote:  Il s'agit des abattoirs de Nice. Cela me change guère des abattoirs voisins de La Villette - Souvenez-vous Porte de Pantin des années 1960.  A Nice, mon emploi consistait a emballer sous vide des morceaux de viande pour les "petites surfaces" 

     Travaillant à - 10° j'étais vêtue tel un esquimau des pays nordiques, Alors que j'envoyais à mes amis de Paris des cartes postales: De la mer, les palmiers, la Promenade, et les  couchers de soleil sur le mer!!

    Mon père gardait souvent ma petite, il l'adorait, en fait avec le recul, j'ai compris qu'il faisait un transfert. Dominique remplaçait sa Monique des années 44/45.  Me reniant car devenue une femme libre, serveuse de bar, "La baronne" aux 36 métiers. Cette Monique là il ne l'aimait pas.

    A Nice, il nous emmenait au restaurant dans l'arrière pays... Moi je rêvais que dans cette belle région, un restaurant ou une plage ? Pourquoi pas. Il m'encourageait, disant que tout Nice était à vendre sur ces dires, visitais des petites affaires, mais n'avions pas l'argent.

     Pour ne plus déplaire à mon père, je me rabattais, sur des places différentes. Petits déjeuners en hôtel - Aide cuisinière en restaurant -  Je ne me plaisais nulle part. Je passe sur le nombre de petits boulots à mi-temps, puisque je devais aussi m'occuper de ma fille - lorsque Papa faisait défaut. Une vie complètement ingérable,  dans une ville  où je ne trouvais pas ma place.

    Le peu d'espoir auquel je m'arrimais, était mon compagnon partit vendre des trousseaux en Martinique. Je recevais cartes postales et photos. - Courage mon amour, tu vas te plaire ici, tout est possible, j'ai hâte de te retrouver.  Hélas, quelques mois plus tard - plus aucunes nouvelles. Mes courriers reviennent, mentions -" N'habite plus à l'adresse indiquée" Je suis "étonnée" mais sans plus. Ce ne fut pas "un chagrin d'amour". 

 

     j'ouvre une parenthèse pour dire, qu'en arrivant de Paris à Nice, suivant mon plan - aller au meublé - Je m'étais arrêtée devant un bar. Posée ma valise, le chien, ma fille. Un monsieur  est sortit, m'a proposé de m'aider. Il se présente: "Je suis le patron de ce bar. Puis il m'offre de m'aider à porter la valise jusqu'au meublé, m'indiquant que la rue J. Garnier était montante, et située à une demie heure  de marche. J'acceptais... ma fille, le chien s'était déjà bien fatiguant.  

      "Merci bien" - Je le trouvais sympa, un regard honnête. Correct, il le fut: -  C'est plus  tard que le destin nous réunira.   

                      SUR  LA  CROISEE  DES  CHEMINS

     Entre temps, je prenais sans prétention des cours de secrétariat quelques heures par semaine. J'étais multifonctionnelle!! Toujours dans le but de récupérer la confiance de ce père qui rêvait de me voir fonctionnaire !! Un avenir assuré, la retraite etc.

       LA DEPRESSION .

     André m'ayant abandonnée - Mon père différent de celui de mon enfance. Père que j'avais adoré en silence. Le chien qu'il avait empoisonné, la course à l'argent pour le loyer du meublé...

    Cette ville hostile... C'était trop. Un soir que ma petite se trouve chez mon père, n'en pouvant plus de souffrir: Me vient une idée folle de foutre le feu à ce meublé. Il y a une cheminée, des pommes de pins... Je me ressaisie à temps. Envie de crier - je crie, mes cris deviennent des hurlements. Je hurle: mon enfance, le désamour de ma mère, de mon père, l'abandon d'André, mon petit bistrot et mes amis perdus... Tout ce qui faisait ma joie de vivre.

 Je hurle à vomir tout ce gâchis. Les voisins appellent le SAMU.

    Direction Ste Anne de Nice, avec des fous... Ce qui n'arrange rien. On m'a laissé mes sandales... avec la boucle j'arrive à me trouer une veine du poignet. Donc il en résulte un traitement qui fera  de moi une "zombie". Mon père garde et s'occupe de ma fille à plein temps. Monique la guerrière est maintenant KO... Pourtant au plus noir de ses instants un ange est là. Une jeune infirmière de qui je refuse pour la énième fois le plateau repas. - " Laissez-moi, je veux mourir ". -  "Non madame, vous n'en avez pas le droit, vous avez votre petite fille,  et moi, vous avez pensé à moi? - Je sers à rien? des études pour rien?  Un échec que de vous perdre...

- Avec de simples paroles à la fois naïves et magiques, cette jeune femme avait réveillé la guerrière. Plus jamais je tomberai.

  Plus jamais je ne baisserai les bras.

  Si je rencontrais cette petite fille, ce jour où j'écris mon histoire... Alors que je connais mon parcours, je lui dirais - " Va galope sur ton petit cheval de bois!

- "La vie fait peur, mais rien ne vaut la vie.

 

Partager cette page

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD