Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 17:27

   Ah mes amis.... Au Palais de Sarde on y danse, on y danse...

 Je viens juste pour déposer deux vidéos: Une à la demande d'un couple amis qui viendrons se voir sur le blog...   et l'autre moins réussi... (Il vous faudra pencher votre PC pour me voir;>) vous aurez vite compris que travailler sur le PC devient difficile. De plus je dois avouer qu'il m'est de plus en plus difficile d'écrire... Les mots se perdent...

   Petit plus ... et pas des moindres - Les "mises à jour "Windows ! Une vraie! calamité!! Surtout pour moi... Encore heureux que quelques jeunes voisins me dépannent. 

   Enfin le soleil est là... difficile de rester au studio donc le blog sera  un peu abandonné. L'association offre des sorties... plus inscription à la chorale, théâtre, cinéma à 2.50e... Je suis dé-bor-dée.

    Et bientôt quelques bains dans la grande bleue (pour la forme).

  Voilà je me suis justifiée... Mais lorsque je rabâche que: La vieillesse est un naufrage (citation de Chateaubriand - Reprise par de Gaulle et MOA. Je vous jure que c'est vrai: je le constate chaque jour. Pire je me vois ridée de tout les côtés grrr une vraie friperie ambulante !!

 

  A bientôt les petits amis... et passez un bel été caniculaire !!!                Et surtout n'oubliez pas que c'est grâce à vous...Votre fidèle présence depuis  tant d'années, votre tolérance pour  "mes absences" 

  Surtout sachez bien que vous faites partie  de ce dernier chemin de

   " MA DRÔLE DE VIE " -  Une très jolie histoire d'amitiés sincères.    M. J - alias  votre amie Claire

PS Je précise que les VDO sont un peu longues à s'installer... Patience.

 

AU PALAIS DE SARDE
AU PALAIS DE SARDE
AU PALAIS DE SARDE

COUPLE AMIS...Très bons et beaux danseurs de cette tarentelle de Provence

ET LA VEDETTE CLAIRETTE C'est ça profite de ce super accordéoniste

Partager cet article
Repost0
21 février 2018 3 21 /02 /février /2018 17:28

     Ainsi je vais terminer "l'histoire" ... 1978 plus de Dédé, de Serge, etc. Un dernier voyage en Corse, mais seule c'est difficile. ... Enfin un deux "passagers" dont - Paul: Lien :  Lettre à un ami  

   Et pour finir un dernier emploi... 5 années de conciergerie !!  

   Je vais être grand mère en 1982 ! Alors finis les vagabondages. 

   Je vais assister ma fille qui se retrouve seule, avec ses deux enfants. Comme chantait Ferré...

" C'est quant on se sent mal qu'on va voir sa maman" -Sacré Léo.

   Donc il s'agira de "notre histoire" et celle- ci sera personnelle.

   Je l'avait annoncé dans mon dernier "commentaire" - Commentaire effacé ?? Hé oui on se permets...

    A bientôt avec quelques bons ou difficiles "SOUVENIRS" que je piocherai çà et là dans mes livrets, où sur AOL "mon ancien blog".    Mes fidèles lectrices reconnaîtrons. Et aussi un peu de mon quotidien.

    Ce jour, je dépose une vidéo de Calogéro. que j'aime beaucoup.              Des thèmes tellement vrais.

L'actuaité... De celle qu'on nous rabache et que vous connaissez mieux que moi.    - Celle qui me fait mal - Le malheur  et exploitation des émigrants - Les passeurs.    - Espoir: E. Macron... J'attends faut voir -                                                                    - Confiance: Edouard Philippe... Christophe Castener;  me font bonne impression... - Désespoir toujours Bachar El - Assade qui détruit et assassine jusqu'à son peuple  - Celui que je crains  "le canard"  Trump !! Je ne supporte toujours pas sa tronche !! On aime ... on aime pas...C'est viscéral.

  L'avenir est incertain, dis la grand-mère!!  Et vieillir... un naufrage !!

    Merci de votre fidélité que me révèlent mes que mes statistiques.                Pour  toujours je vous aime . MJ  

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 16:41

 

               A TOUS MES AMIS D'HIER , D'AUJOURD'HUI...

                     POUR CETTE NOUVELLE  ANNEE 2018

    TOUT MES VOEUX DE BONHEUR, ET DE MILLE PETITES JOIES

  SURTOUT GARDONS L'ESPOIR D'UN MONDE MEILLEUR      

POUR CEUX QUI SOUFFRENT DES GUERRES  

 UNE PENSEE POUR CEUX QUI ONT TOUT PERDU

CETTE DIFFICILE ANNÉE 2017... PAR L'EAU OU LE FEU

             IL ME  MANQUE LES MOTS POUR VOUS DIRE.....                 MAIS  DANS MON COEUR ET MES PENSEES,

                 SACHEZ QUE JE NE VOUS OUBLIERAI JAMAIS...                VOUS ETES ET RESTEREZ CE QUI M'EST ARRIVEE DE MIEUX  

JE N'AI PAS VU PASSER LE TEMPS AU FIL DE NOS RENCONTRES 

MAIS INEXORABLEMENT LE TEMPS ME RAPPELLE MON AGE 

CETTE ANNÉE JE TERMINERAI MON ODYSSÉE SUR  QUELQUES SOUVENIRS ET JE FERMERAI LES PAGES

JE VOUS AI FAIT PART DES JOIES ET COMBATS DE CETTE DRÔLE DE VIE... ET VOUS REMERCIE DES  PARTAGES.

MAIS LA MÉMOIRE ME FAIT DÉFAUT ET J'AI BESOIN DE ME REPOSER..   D'ABORDER CE DERNIER CHEMIN SEREINEMENT.

IL N'EST PAS BON DE RESTER DES HEURES SUR LE PASSE, 

IL ME FAUT VIVRE AUTREMENT, ABANDONNER LE CLAVIER...

FAIRE TOUT AUTRE CHOSE DE PLUS JOYEUX...

TOUT SIMPLEMENT...  VIVRE. MJ.  

CET ÉTÉ A PIGALLE !!

CET ÉTÉ A PIGALLE !!

 JE DIRAIS MALGRÉ TOUT QUE CETTE VIE FUT BELLE

  Jean D'ORMESSON    (Mon cadeau de Noël)

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 14:05

2017 - Octobre/Novembre. Inutile de vous préciser que depuis mon retour le moral n'est pas au beau fixe. A Paris j'ai fais tellement de sorties de plus;  à pieds et à l'aise. Que, chaque retour à Nice est difficile:  Nice est devenue trop petite pour moi. La plage, les galets, mes échecs dans cette ville: Tout me saute à la gueule... Mais j'avoue que je retrouve toujours beau  "min t'chiot studio". Dans la SDB,  la fuite d'eau ne s'est pas aggravée. Reste à donner coup de plâtre et de peinture. J'ai déjà touchée l'indemnisation. Ah c'est pas comme avec MMA !! Toujours une dent contre sa pub !! Des années en arrières: Trois inondations pas de ma faute -Ils m'ont virée:Bonjours les tracas.

   Ce retour, bien sûr mon ami Christian... que j'ai honte de ma lassitude concernant cette ville qui devient de plus en plus belle. Tant de parisiens envieraient ma place. Mais cinquante ans que je suis ici... Il faut me comprendre. Ainsi que moi je peux comprendre que des parisiens ou "calaisiens" soient heureux de finir leurs  vieux jours à Nice... au soleil (sur les galets) bains de mer et méduses.  Mais moi, je ne m'y habituerai  JA - MAIS !!

Pour conclure: Pas évident de me remettre à l'écriture... En plus je ne sais plus où sont mes fiches... Ralala je vieillie et... j'le sens bien!! 

 .... Pourtant je fais des efforts: Piscine, dancing à l'Association tous les lundis avec goûters et en décembre un spectacle: Le tout gratuit. Enfin si c'était mon choix: cinéma à 2.50e - Théâtre et randonnées possibles. Mais voilà... Toutes inscriptions doit se faire 3 mois à l'avance, et moi je ne suis pas une personne très organisée.

 

Mais revenons à  CETTE DRÔLE DE VIE  D'AVANT !!

MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE
MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE
MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE
MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE

La nouvelle gare. Une sacrée construction qui reliera la gare au tram...  Nice a bien changée et ce n'est pas l'ami Bégui qui me contrariera*** Ayons tous une pensée pour Alain bien malade. Peu de temps après sa retraite. Quelle injustice. Qu'il soit plus fort que la maladie. Merci.

                     

                                                                                                                                                                                              1978 - ADIEU SERGE: SALTIMBANQUE ET MAGICIEN

... L'article se terminait ainsi... Adieu Serge, c'était bien l'aventure... mais je dois y mettre fin. Bien entendu, il me faut batailler avec Serge qui visiblement est malheureux... Impossible de me retenir. Je lui prends trois sacs de voyages que je paye royalement! J'y entasse mes affaires et... Voilà! Je prends le car pour Nice.

    A peine arrivée petit  tour au Sélect: Coucou à André... Sa petite femme au comptoir à l'air tristounet (Tu l'as voulu... garde-le) - Dans deux ou trois nuits...  Sorry, il redeviendra mon amant. 

    A chacune son tour...  (Je sais... c'est vilain et même méchant) 

    C'était sans compter sur la malice d'André qui après une chaude nuit me fait part de ses soucis. Le chiffre d'affaire est bien bas car petite femme très occupée avec bébé... Et plus, ne sait pas cuisiner.

... Nous savons bien tout deux que sans restauration et sans le sourire de "momo"  Plus de belles recettes... c'est comme çà mon dédé !! Alors reprise du concert... "Tu sais bien ma p'tite "momo" que chez moi sera toujours chez toi. Ne viens plus au bar mais en cuisine etc. etc". Très con-con j'ai cédé une fois de plus: Dés neuf heures - marché, cuisine, vaisselle... A seize heures je rentre. Je reconnais que je gagne bien ma vie, mais je suis quant même la "cuisinière" de Madame...  

... Elle me le fait bien sentir.  Alors basta!! Achat de sacs et direction la Corse !! Je reprends le bateau seule. Direction Bastia... Iles Rousse... Propriano...

Je connais bien les chemins de la LIBERTE.  MJ 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 14:19

  A mes fidèles lectrices et lecteurs, quelques heures avant mon départ pour Panam,  je prends soins de ne pas vous laisser dans cette attente de la suite ... Gentille Claire ;>) 

Voilà donc la finale de cette incroyable odyssée : Serge, le saltimbanque magicien. -  Hélas la dernière de mes fiches à disparue? De là haut où il s'en est allé trop tôt : Serait-ce une farce du "magicien" - Petite vengeance de mon abandon ?  Alors il me faut me souvenir.... Bonne lecture!

 

     Après cette formidable aventure Nice - Collioure nous entreprenons le voyage du retour. Encore quelques marchés et déjà l'idée de me séparer de Serge fait son chemin.

    Ainsi je le dis dans le chapitre précédent, je suis aguerrie dans ce métier, grâce à l'exemple de Serge : Bon vendeur, bon camelot! Mais moi, de nature très curieuse ; les métiers ne duraient qu'un temps très court. Je me lassais vite, une fois le savoir - faire atteint: je passais à autre chose. Il en était de même pour mes rencontres. C’est dernièrement, lisant Françoise  Dolto, que j'apprendrais qu’il est une attitude courante dans le cas des enfants "rejetés" ?? - " On n’a pas voulu de la petite fille : alors la petite fille se façonnera toute seule NA!!                      

    Confession ultra intime: Sans tabou. 

   Souvenez-vous que dans les chapitres relatant mon adolescence, Durant laquelle je fus très choquée par les attitudes d'une mère: nymphomane - (reconnue "maladie") - Moi, jeune fille mariée à dix sept ans, pour fuir cette fausse famille où je ne fus ni acceptée, ni aimée et de surcroît au service de tous, dés l'âge de treize ans... Je décidais donc de me marier: croyant y trouver une liberté d'actions - Grosse erreur: Georges, mon mari de six ans mon aîné: Soit un "homme"qui durant nos fiançailles me respectait. Une fois mariée, me fit horreur ! Jusqu'à me conduire au suicide.

LIEN: Fiançaille et mariage 

   En ces temps là, je croyais que l'acte sexuel était le résultat de sentiments doux et purs, comme un vertige; avec le besoin de se donner à l'autre, se confondre, harmonieusement, volontairement.

 Mes amours d'adolescente ne dépassant pas les chastes baisers. Aujourd'hui sur FB: on dirait: "des bisous".

    Ces quelques lignes pour dire que: ayant une mère nymphomane, je devint hélas, pour moi et mes premiers amants - "une femme frigide" - Ultime confession: Durant des années, au cours de l'acte sexuel... Souvent : "mentalement" je passais de dessous "l'homme" ...au- dessus de l'homme.  Et donc je revoyais les images sales, surprises devant cette maman aux mœurs spéciales. Je n'y voyais aucun sentiment d'amour, sinon une vulgaire chevauchée !!

    J'espère être comprise, car au moment où j'écris cette confession, stupide à pleurer... Elle me fait rire.   

 

 

   Mais revenons en 1978 ! Avec cet amant - copain que fut Serge le magicien. De frigide j'étais devenue "passive". Ce qui était courant surtout avec mes amants de passage. Donc ne satisfaisait pas "l'homme"  et, bien souvent, après nos rudes journées, nous "guerroyons" toute une partie de la nuit.

   Aix en Provence... Une foire très épuisante cinq heures - dix - huit heures. Un apéritif, un bon restaurant... et me voilà Ko. Au dodo. Hélas Serge est très en appétit...LUI. Il m'embêtera durant une ou deux heures qui me parurent très longues.  Serge s'endort... OUPS! Je me lève d'un bond, m'habille et file dans la nuit, vers un l'hôtel.

    Le lendemain, au réveil...(il est quatorze heures)-  ma décision est prise. "Adieu Serge, c'était bien l'aventure... mais faut y mettre fin. Bien entendu, il me faut encore batailler avec Serge qui visiblement est malheureux... impossible de me retenir... Je prends trois sacs de voyage, que je paye royalement! -  J'y entasse mes affaires et...

Et voilà ! Je prends le car pour Nice.

A suivre: petit tour au Select et départ pour le haut pays... Seule!

                                       

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 18:03

     Dimanche 26 Juillet, jour de mon anniversaire

   Après le marché de Perpignan, très rentable en recette, nous faisons une longue promenade au bord du canal. Vers dix sept heure nous roulons vers Collioure, bien décidés d'y faire la fête.

   Collioure la citée des peintres. Une bonne sangria en terrasse nous récompense de tout nos efforts de la journée. Moi je suis fatiguée et déjà un peu pompette. Mais j'ai quand même pu admirer la beauté de cette petite citée Castillane au coucher du soleil.

   Elle était vêtue d'une robe brun dorée, avec autours des collines d'un vert lumineux. Au loin on voyait la chaîne des Pyrénées découpant dans le soir son ombre d'un gris mauve, auréolée du blanc de ses cimes neigeuses.

   Sous la voûte bleue de la nuit, on distinguait la superbe Tour d'un rouge sombre. Enfin la mer, sillonnée par un voilier rentrant au port. C'était le tableau vivant d'un peintre extra terrestre, que  ce soir là, Serge  m'offrit pour mes quarante et un ans.

   Oui Collioure méritait d'être honorée par les peintres.

   Nous sommes si contents de cette journée que nous dînons dans très coûteux restaurant... Comme souvent, à la fin du repas, Serge le malin nous fait son spectacle: Quelques tours de cartes, puis avec des anneaux qu'il a toujours avec lui, il les entrelaces, et magiquement les sépares... J'avoue n'avoir jamais compris comment ? tellement le geste est rapide ou illusoire ?  Serge ne me révélait pas ses secret de jongleur et de magie. ça aussi j'aimais bien - Voir les clients avec des yeux d'enfants, étonnés devant ce magicien de rue étonnant. Cela le différenciait des hommes rencontrés sur mes chemins. 

   Et comme d'habitude... le patron nous régalait d'une bouteille de bon vin ou d'un pousse - café gratos... Le but de Sergio!! 

MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE

Quelques images qui me rappellent ce voyages dormant dans mes souvenirs. Perpignan - Collioure - Argelès sur mer, la plage farniente un jour de repos.

A suivre: Retour à Nice et fin de la belle aventure je préviens d'avance que: Victime d'une nouvelle inondation  dans ma salle de bain +visite expert, plombier...Plus préparation départ Paris... il semblerait que vous resteriez sur votre faim jusqu'au 20 Octobre... Mais je vais faire mon possible pour satisfaire votre curiosité avant de partir. 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 18:17

1979  De Nice à Collioure

    Une période difficile… Impossible de retrouver André, celui-ci s’étant marié en mon absence (période St Maxime – la plage) – Quoique qu’incertaine, et sans avenir, reprendre l’aventure avec le magicien me tente… Que faire d’autre ? Je ne risque pas grand-chose de continuer à vendre tout et n’importe quoi sur les marchés, et les foires. Je revois Serge, lui très content… Il est plus calme, plus sobre. Travaille sérieusement sur les marchés de l’arrière pays. Peut-être il y a un petit espoir.

    Alors nous décidons de faire toute la côte varoise de Nice à Collioure....503Km par la route!! Nous avons aménagée l’estafette - en camping car de fortune. Ainsi nous pouvons nous arrêter et dormir où bon nous semble… C’est ce côté de l’aventure qui me plait le plus.      

 …Première grande étape Toulon un 14 juillet. Nous sommes sur la rade entendant le feu d’artifice lorsque Serge rencontre un ami qui nous invite a monter en haut de la mairie (13 étages) Laisser –passer, pas de problème. Le feu d’artifice magnifique, tiré depuis les pontons sur la mer… Tout la rade est à nos pieds mettant en valeur les monstre d’acier : porte-avions, dragueurs de mine,  et le plus beau: Le Clemenceau.

    Clou de la soirée Mr le Maire nous prenant pour deux de ses sujets nous serre la main et nous invite au buffet. Champagne et présentation au Préfet !! Moi je suis au septième ciel !!

    Serge et moi pouffons de rire car…Mr le Maire ne se doute pas que nous sommes deux camelots, vendeurs en sauvette, que poursuivent et chassent inlassablement les gendarmes toulonnais depuis quelques jours !! Ah si Mr le Maire savait !!

MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure

 Ensemble de mes fiches sur ce voyage - 1978  Une pensée pour Serge qui est décédé à 56 ans - Carte de la Côte Varoise  à laquelle je me réfère - Escale à Toulon - Vue de la Mairie sur le port de Toulon.

                              

    En suivant mes fiches... Car j'avoue que de mémoire je ne m'en sortirais pas vraiment. Mais ce dont je me souviens c'est le fait que j'étais très heureuse de cette "grande ballade" et fière de mon audace. Ce jour où j'écris, je ne regrette rien.

   Je vois donc que  nous passons deux jours chez "rouquette" le copain de Toulon. Deux jours de repos et d'abstinence car il me faut aussi avouer qu'au buffet de la Mairie nous avons bien mangé et surtout... bien bu!!

    Un détour sur Aix en Provence juste pour connaître... Avec mes enfile-aiguille je fais un carton - 50 pièces soit 500fr !! Egoïstement je ne partage pas cette recette avec mon compagnon, car dans ce cas nous travaillions  séparément... Ensembles, que pour la vente des sacs de voyage.  Direction Marseille... là je me souviens surtout d'une vraie bonne bouillabaisse dégustée sur le Port. Au Miramar... Une bouillabaisse à Marseille c'est un plat é-nor-me!! donc sieste obligée!! Nous n'avons pas "déballé à Marseille, pour une simple raison : travaillant sans statut de commerçant et sans autorisation de place dûment légale, gardiens -surveillants des marchés nous éjectent. Moi je suis gênée, mais l'ami Serge, à l'aise nous réinstalle une demi heure plus tard!! 

     Lorsque nous nous séparerons... parce que cela arrivera....        En 1979 - Aguerrie dans ce métier: je reprendrais seule, et la Corse et les routes de  la Haute-Provence. Avec autorisation de "déballer" - Enfin la première, celles qui suivront seront photocopies ;>) mais  en bonne et du forme niveau dates et marchés!!  Mine de rien, je vous instruit sur ce "métier". 

    Après Marseille, Salon de Provence, en route pour  Arles, Nîmes, Montpellier, un samedi, là j'ai trouvé beaucoup de jeunesses étudiantes ... donc vendu mes bijouteries, quincailleries*** faites en cours de route. Hélas à mon grand regret sans passer par la Camargue. Mais bon c'est Monsieur Serge, le conducteur alors... Direction Sète. Marché du matin  visite de la ville de JOJO l'après-midi.  Ayant très peu d'images j'ai pioché chez l'ami Google juste vous illustrer mon récit - de ce que mes yeux ont vu, j'en suis désolée. Plus que les villes où nous œuvrions, j'ai adoré les routes, les bords de mer et surtout à perte de vue les vignes.

- A suivre...  Perpignan, Argeles,  Collioure et  "la rupture" sur le retour hélas sans les photos gardées par Serge. MJ.

*** Pour sourire, j'en profite pour vous dire que j'ai dans mon placard, depuis 1984, un sac contenant  5 kilos d'apprêts, perles, chaines etc... Que j'ai proposés sur le cours Saleya et les marchés, pour la modique somme de 30 euros et dont aucun commerçant ne veux m'acheter grrr  - Merci Taïwan et ses pacotilles!!

MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
Partager cet article
Repost0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 14:44

                  AJACCIO, BASTIA, LES ÎLES SANGUINAIRES

     Serge est un compagnon agréable et plein d'imagination, moi si curieuse j'enregistre tant d'images et de faits qu'il ne m'est plus possible de tout transcrire dans l'ordre.

     Campings, foires, marchés, ventes en sauvette, ce drôle de compagnons nous fait vivre à cent à l'heure - ce qui me conviendra au début de cette rencontre. De temps à autres nous revenons sur Nice. Serge voit sa famille... Trop brefs à mon goût. Moi je passe une, deux journées avec ma fille... un petit clin d'œil à André... qui s'empresse de me confier sa comptabilité, paperasseries etc. Et nous repartons pour la Corse... Non sans verser quelques larmes de ma part.

     Après juin, juillet, en fait je suis un peu mal à l'aise dans cette aventure que je ne trouve pas très "rentable" : Bateau - camping - essence-casse-croûtes sur les marchés et...Petit à petit... je me rends compte que souvent l’ami Serge me laisse seule à l’étal pour "faire un p’tit tour"   et revient éméché par quelques rosés ou bières… En fait il boit plus que de raison.

    Ainsi je retombe dans le problème d’alcool de Nice, avec André. Enfin j'admet que, dans cette "expérience" je suis devenue affreusement matérialiste. La vie m'a appris que l'argent était une "force": Grâce à l'argent j'ai pu gâter ma fille -Vivre avec l'homme que j'aimais. Du manque d'argent je perdais tout... Alors, pourquoi je n'aimerais pas l'argent?

    Connaissant l'instabilité d'André, j'ai toujours l'espoir de le retrouver et l'arracher à ce maudit bar. MJ

Voir: Lien:  LE SATELLITE PERDU   

Au cas ou... Vous ne voyez pas ce lien...

Retrouvez le sur:  TEXTES &POESIES :  Colonne de droite

Chapitre suivant: EN JUILLET

-  SUITE ET FIN DU MAGICIEN

PS:  Je vais faire une pause sur cette DRÔLE DE VIE .

1) Je cumule les difficultés d'écriture sur "overblog" 

2) Je cumule soucis et fatigue en plus de la chaleur... Quant ça veux pas...

3) Les "ACTUALITES cumulent de tristes faits divers que j'aurais à coeur d'évoquer. A bientôt MJ.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 16:32

       Pour le lecteur qui viendrait se perdre sur ce blog, il est utile de lui donner quelques indices sur "Ma drôle de vie" de cette période.

    Une histoire de deux amants qui ne savent pas vivre ensemble. Mais qui persisteront durant des années, à se retrouver.  Ainsi qu’une "Bernique"  (moi) accrochée à son rocher (mon homme)  Au fil de nos séparations je vis des aventures.  A cette période de mon histoire, j'ai suivi un "forain" jusqu'en Corse. Première étape Ajaccio où nous prenons nos marques. Nous travaillons sur les marchés, chacun son étal. MJ.        

                                                 AJACCIO -   VIZAVONNE 

     Nous passons notre première nuit à Ajaccio, un hôtel meublé où...  à notre étage se  déclenche le feu. Bêtement avec casseroles et cuvettes nous parons à tout début d'incendie dans notre chambre, après le départ des pompiers je constate que notre porte-fenêtre donne sur un balcon où se trouve un superbe robinet muni d'un tuyau d'arrosage!!

     Cette anecdote me fait prendre conscience qu'il était peut-être imprudent d'entreprendre ce voyage... Cela fait rire Serge qui lui est en pleine forme. Nous faisons notre premier marché sur Ajaccio... Serge les sacs, moi les enfiles aiguilles. Merveilleuses petites machines qui à l'essaie fonctionnaient parfaitement... Mais devant les clientes rien ne marche car j'ai un trac fou. Pour ma première démonstration, dubitatifs clients et clientes quittent ma table et je les remercie de ne pas dire tout haut ce qu'ils pensent tout bas. C'est une dame qui va me montrer comment... et c'est partit 40 enfile aiguilles vendu soit 200fr ! Waouh. De son Côté Serge à fait un massacre 70 sacs de voyages... 700fr. Nous sommes si content que nous allons nous installer dans un camping... j'adore les campings. Je vais enfin y vivre... avec ce petit lapin blanc acheté avec ma première recette. Oui, au bout du compte c'était une bonne idée de suivre ce saltimbanque de Serge.

     Nous sommes fatigués mais si contents, que nous prenons le petit train pour Vizavonne et sa forêt. Une forêt qui m'inspirera un texte que je trouve "osé" mais vraiment vécu.

      LIEN :  VIZAVONNE                                                           

Mes fiches - Moi et petit lapin blanc - Camping - Etal de sacs -  Et beau Sergio
Mes fiches - Moi et petit lapin blanc - Camping - Etal de sacs -  Et beau Sergio
Mes fiches - Moi et petit lapin blanc - Camping - Etal de sacs -  Et beau Sergio
Mes fiches - Moi et petit lapin blanc - Camping - Etal de sacs -  Et beau Sergio
Mes fiches - Moi et petit lapin blanc - Camping - Etal de sacs -  Et beau Sergio

Mes fiches - Moi et petit lapin blanc - Camping - Etal de sacs - Et beau Sergio

                     ECHAPEE BELLE VERS BONIFACIO ET   SARTENE

     Sur le marché d'Ajaccio nous est signalée une Foire sur Bonifacio... des forains, marchand de chaussures proposent de nous y emmener. Dés l'aube nous voilà partis. Tout deux dans l'arrière du camion au beau milieu des chaussures. Serge n'aime pas trop car il y fait chaud, mais moi cela m'amuse beaucoup. Mais au bout du voyage contente de sortir à l'air frais. Du fait que nous avions bien travaillé la veille, la marchandise risquait de manquer. C'est ce qui arriva. N'étant pas loin de Sartene où il y a une fête pieuse du Vendredi Saint: La Procession du Catenacciu.  Serge me propose d'aller assister à cette cérémonie.

      Cérémonie qui remonte au moyen âge: Un grand pénitent inconnu du public, coiffé d'une cagoule porte la croix du Christ. Catholique je suis très impressionnée par le recueillement du public. Le pénitent va jusqu'à tomber à terre pour bien reproduire les souffrances du Christ!  N'ayant pas l'appareil photos sous la main je donne quelques images de Google.

     Le soir nous dormons  sur place, toujours chez les gitans près d'une rivière, moi l'insomniaque je dors comme un bébé. Forains ou gitans Serge est vraiment à l'aise dans cette nature. Le soir, au restaurant il nous fait des tour de magie, ce qui nous permet de manger gratuitement. Malin le magicien. Le lendemain, ayant peu de marchandises, Serge propose d'aller à Filisota situé à quelques kilomètres: Filisota: Site Préhistorique de deux millénaires avant Jésus Christ. En fait Serge, connaissant mes croyances, a combiné ce parcours pour me faire plaisir et en quelques sorte,  souder notre "union". De retour à Ajaccio, Serge prendra l'avion pour Nice "aller chercher de la marchandise" dit - il. Il avouera au retour que c'est pour surtout voir ces enfants et donner de l'argent à sa femme. Aventurier, forain, oui, mais serge reste un bon père de famille.

     De mon côté je pense toujours à André qui doit être fou furieux et bien vexé... (Il sait que je ne suis pas partie seule) J'ai le cœur serré mais je reste au camping avec mon petit lapin blanc!! 

A suivre BASTIA et plus            

MA DRÔLE DE VIE - LA CORSE suite
MA DRÔLE DE VIE - LA CORSE suite
MA DRÔLE DE VIE - LA CORSE suite
MA DRÔLE DE VIE - LA CORSE suite
MA DRÔLE DE VIE - LA CORSE suite
MA DRÔLE DE VIE - LA CORSE suite
Partager cet article
Repost0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 15:44

     Pour le lecteur qui viendrait se perdre sur ce blog, il est utile de lui donner quelques indices sur "Ma drôle de vie" de cette période.

    "Il SUFFISAIT DE VIVRE" Je n’ai pas trouvé mieux pour nommer ce nouveau chapitre. Ainsi qu’une "Bernique"  (moi) accrochée à son rocher (mon homme).

    En fait c’est l’histoire de deux amants qui ne savent pas vivre ensemble. Mais qui persisteront durant des années, à se retrouver.

    A cette période du récit je suis "répudiée" - André s'est marié avec la serveuse, et le voilà à nouveau papa. Là cela devient scabreux pour nous deux. Lorsqu'il est en perte de personnel, il me fait signe, alors je reprends du service. cuisine, comptabilité, etc.  - Au moindre orage... je repars...

 Jusqu'au jour où rencontrant deux aventuriers, nous ouvrirons une plage à St Maxime dans le Var. Mais en Septembre... retour case départ: Nice. 

- Je plains les lecteurs, essayant de suivre l'étourdissante odyssée. de cette Drôle de vie dont les débuts se trouvent colonne de droite du blog. MJ      

 

     1974 - Trois années ont passées.  André L. Comme prévu est resté mon amant. C’est à l’hôtel que nous nous retrouvons, puis chacun rentre chez soi. - Il me dit souvent… - " Patience Momo, un jour je vendrais ce bar, divorcerais, je vis trop mal sans toi. Alors nous rentrerons chez-nous… ailleurs. - Où ? Quant ? Il ne m’a jamais précisé. Alors j’ai patienté.

     Entre temps ma fille est revenue du Canada, elle a désiré un petit studio bien à elle, Ok… Nous l’avons décoré à son goût, changé la tapisserie, acheté literie, et  boite à musique…car je dois préciser qu'André ne m'a jamais laissé sans argent.

     C’est entre-deux allé - retour au " Select" qu’un après midi de farniente au port je rencontre Serge X.  Bel homme, sympathique. Nous échangeons nos histoires. Il est démonstrateur sur les foires,  vendeur en sauvette d’articles divers, et aussi: habile en tours de magie !!  Père de quatre enfants, Serge a quitté son domicile… Il va partir en Corse.  Si je veux, ben… je peux faire partie du voyage.

      Ni une ni deux j'accepte, à plus tard "Dédé" - Serge, c’est une liaison  "amour - boulot - copain-copine"  Alors oui… j’embarquerai avec Serge, sur le "Fred Scamarroni" :Une tente,2 tables tapissier, plus matériel et marchandises. Pour Serge des sacs de voyages pliables - Moi des enfile-aiguilles! Sur les marchés chacun son étal. 

    Avant notre départ, pour avoir bonne conscience vis-à-vis de sa femme qu’il m'a présenté, nous allons aux Galeries Lafayette avec les quatre gosses, que je me propose de re-habiller ! Je vais alors vivre durant  deux ans une aventure étonnante de liberté, une autre vie,  qui me reposera de ma passion pour André L.

                                        EN BATEAU POUR LA CORSE 

    Ce 10 mai 1975 voilà que commence le voyage à deux... Petite ou grande aventure ? Sur le ponton du bateau, tout deux enlacés, nous tournons le dos à Nice et regardons dans la même direction.

    La Corse, notre le futur ? Peut-être même,  que nous tournons une page de notre vie. Nous avons quittés nos compagnons respectifs.  J'ai retrouvé dans mes notes: 

..... Nous regrettons nos échecs. Lui une femme qui ne l'accepte plus, moi une cause pour laquelle je me battais depuis des années, refusant de croire que c'était une cause perdue... J'ai blanchie une demeure qui n'était pas la mienne, emprunté un chemin qui ne me menait nul part, ou peut-être entrée dans un jardin dont, sans le savoir, il était écrit que j'en serais à tout jamais exclue. 

     C'était ma volonté de partir... mais aussi un peu la désespérance. Nous débarquons à  "Ajacciou" ainsi qu'ils nomment leur ville. Sur place Serge a un ami: Christian, un filmeur*** qui a un bien joli voilier, ce qui me remonte le moral. Le soir venu nous allons dîner au "Son des guitares" Endroit très fréquenté il y a des années, par le grand Tino Rossi. L'ambiance est chaude, la salle comble. Deux guitaristes, un chanteur s'en donnent à coeur joie. "Marinella" suivit du "Plus beau... de tout les tangos du monde" - "Oh Corse, île d'amour" et plus encore.

    Dans ce restaurant je ressens tout l'amour que les corses portent à leur île. Mais je sais que ces troubadours cachent des hommes fiers et parfois violents. Il n'était pas besoin de connaître  "le corse" pour comprendre les paroles -  Ritournelles, ou complaintes des amours perdus. Plus tard, en rentrant à l'hôtel, Serge a respiré profondément. Il a dit - " Je sens que nous allons être heureux ici. Et comme je le sentais sûr de lui... j'ai pensé que c'était peut-être vrai. MJ.

 PS : Merci à mon ami Christian de Montmartre de m'avoir conseillé de  reprendre l'écriture de cette Drôle de Vie. MJ. 

***  En ces années, les " filmeurs " étaient des photographes de rue qui vous proposaient de vous "filmer" et vous vendre votre photo - A la vue du voilier, Christian gagnait bien sa vie, en Corse et sur le continent, aux carnavals. Ce métier a disparu...

Partager cet article
Repost0

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD