Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

              Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 09:22
JOHN GLENN A rejoint les étoiles

     JOHN  GLEN EST PARTI REJOINDRE DAVID BOWIE

                   DANS  LE COSMOS DU MAJOR TOM

                             POURSUIVRE LEURS RÊVES

     JOHN GLEN  Il était le premier Américain à avoir effectué un vol orbital autour de la Terre.

    Une légende. En pleine guerre froide, l'espace était un terrain d'affrontement entre les États-Unis et l'URSS. Le Soviétique Youri Gagarine avait réussi le même exploit en 1961. John Glenn, qui avait effectué ce vol un an plus tard, est décédé à l'âge de 95 ans, a indiqué la faculté de l'université de l'Ohio qui porte son nom.

     Le 20 février 1962, John Glenn est devenu le premier astronaute américain à effectuer un vol en orbite autour de la Terre, à bord de la minuscule capsule Friendship 7. En pleine guerre froide, les États-Unis avaient vu l'ennemi soviétique les doubler quand Moscou a réussi à envoyer Youri Gagarine autour de la Terre en avril 1961.

     La Nasa a voulu laver l'affront rapidement et a, dans un premier temps, envoyé Alan Shepard pour un bref vol spatial le mois suivant, mais Shepard n'avait pas orbité autour de la Terre. John Glenn est devenu le premier Américain à réussir cet exploit l'année suivante, pour un vol orbital qui dura au total 4 heures et 56.  

1962  RUE BROCA

J'avais acheté un poste de télévision à un démarcheur nommé: Bernard Tapie. Un poste à crédit ce qui consistait à déposer 2fr dans une case à l'arrière du poste pour qu'il fonctionne 2 heures. Le compteur était relevé en fin de mois.

Lorsque j'ai ouvert le Brocas'bar bien entendu j'y ai installé cette télévision... Pas folle la "baronne" nous y regardions les actualités et surtout les matchs de foot. St Etienne avec le beau  Rocheteau avait du succès.

La recette s'en trouvait améliorée ces jours là.

ET NOW une petite pause à Lyon chez Carole jusqu'à Noêl et aussi aller faire un coucou à notre amie Pastelle  et... connaître la fête des lumières samedi soir YOUPY!!

 

 

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Actualitée
commenter cet article
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 18:32

     ENFIN JE REALISE MON RÊVE.

      Clefs en main j'ouvre la boutique.  Menuisier le papa de mon amoureux  me fait une sorte de chambre en sous sol pour me séparer de cuves de bière et casiers de vin. Bercy m'a livré et je réalise que c'est une folie mais bon... Un dicton qui  tombe bien.

    -" Quant le vin est tiré, il faut le boire!! Et la vente du vin permet de payer une licence moins lourde que bar pur.

     Après avoir rendu les lieux agréables et fonctionnels, je commençais à "restaurer"  une dizaine de clients... Livrer le vin dans les immeubles du coin - Servir au bar.  C’est alors que le proprio vint me visiter un jour, à midi ... J'avais déjà une dizaine de clients - les marbriers d'en face.

    Pensant que je m’enrichissais à ces dépends,  il ordonna  illico une fermeture temporaire  -  pour révision de loyer et gérance. - (J’avais dû lire le bail rapidos) - Je vous passerai tout les détails de cette période. Deux mois de fermeture, heureusement j'avais économisé de belles recettes: 600fr. en 1963 c'était de l'argent!

     Mais je devais rembourser ma grand-mère donc j'acceptais le nouveau bail et je "ré-ouvrais" le Brocas'bar… La gérance ayant doublée, je dû alors, travailler doublement !!

    Mes journées commençaient à 5h30  par les Halles Baltard à l’époque, dans le 2ièm - moi dans le 5ièm- en métro. Achats de viande et de légumes en gros. Petit café calva à 6h avec les "bouchers"  - Encore un p'tit calva la p'tite dame ... Gentils les bouchers! Je m’endormais sur le tapis roulant du Chatelet !

- 7h30 - Ouverture du bar : Cafés aux ouvriers du coin-  Puis passage aux fourneaux aidée de la gardienne de l'immeuble transformée en commise de cuisine   -  9h casses croûte aux ouvriers - 12h Snack! Tout était "prêt à servir" à l'assiette.  Un plat du jour, ou, au choix: Steak,  poulet ou omelette! Moi seule au comptoir, au service, aux cafés,  à la vente du vin, et pour corser l’affaire, je vendais quelques boites de conserves.

    - "MOMO, l’addition"  - La « concierge-commise » en cuisine. Moi au comptoir, j’accepte la causette, 2 - 3 apéros  histoire de faire chauffer la caisse  et pour le proprio -  A 15h je souffle un peu en livrant le pinard au voisinage, un peu de sport ! - A 18h je réattaque l’apéro au 421 (Toujours pour la même raison... le proprio !)

    A 21h - "On ferme !" - Ah non ma fille, Pierrot l’accordéoniste, René, Jojo,  Dédé, les postiers du Port-Royal. Ils sont venus travailler à Paris et le soir ils ont tous un peu le cafard. Arrivent tranquilles, quelques pious-pious de la caserne Saint Michel. - 23h  "ON FERRRME " Ouf, Ils partent enfin. Un bisou ?  -OK mais je n’suis pas votre mère. Vous ne voulez pas que j’aille vous border aussi ! Un ultime un coup de torchon et,  dodo. .

Je me dois rajouter ces quelques lignes concernant ma fille Dominique. Au départ je l'avais mise en pension avec ma petite sœur (sa tante) Domi n'a pas supporté. Un jour que je vais la voir je la trouve seule dans le dortoir - un gros rhume - mais ce dortoir ça m'a rappelé des souvenirs.  Je reviens la semaine suivante... Et la trouve encore au dortoir avec sur une table un verre de menthe à l'eau. Une petite fille elle aussi était là. Je demande si elles ont mangé à midi la petite fille dit: "Non on a eu la menthe à l'eau. - J'ai fais ni une ni deux j'ai enveloppé ma fille dans une couverture - descendue - demandé la mère supérieur - elle me dit de ne pas sortir une enfant malade pfttt... " "Adieu ma mère" je vous rapporterai la couverture et prendrais ses affaires. Bien entendu c'est au Brocas'bar que nous sommes revenues. La journée maintenue sur une chaise sur des oreillers elle a passé une petite semaine dans le bar... elle a guérie. C'est mon amie la concierge qui la couchait. La levait pendant que j'étais au halles et l'emmenait à l'école. J'ai quelque part une photo. Elle était là... mais moi je m'occupais plus de mes clients que de la petite. Elle jouait dans une cours avec "Mustapha" un mignon petit garçon - et je dois dire que le jeudi  le après-midi, pour m'occuper des clients -c'était souvent au cinéma du Bd Port Royal  que je la déposais.  Pour elle pas une vie de rêve. Toujours avec moi... mais juste à côté. Drôle d'enfance pour ma petite fille. Je crois qu'elle m'en veux un peu. MJ.  

       BOIRES ET DEBOIRES  de la baronne  

      Elle n'avait que son  courage et sa jolie frimousse la petite baronne.  

     Les temps sont troubles et incertains, avec en fond d'écran une guéguerre aux objectifs obscurs. Son CRS était en Algérie, ses courriers étaient brûlants de passion. Avec tendresse, elle lui tricotait un beau pull-over et restait sage malgré la ferveur d’André son amoureux de la Bonbonnière - Très joli garçon qui lui aussi est parti pour l'Algérie faire son service  - et de DEUX.

      Maudite  guerre. Alors seule, un peu fatiguée, elle a craquée pour un fils de "bougnat - auvergnat "  Jean Claude.  Très courageux, cuisinier, pâtissier. Au demeurant il travaillait avec ces parents dans une petite affaire porte de Pantin à deux pas de chez elle. Lui aussi un client amoureux  au temps de la Bonbonnière.

     Un de ses rares après-midi de congés elle a été à la piscine avec lui, il était drôle, joyeux. Il n’était pas son type d'homme : Petit, toujours en sueur. Mais bon... Malgré la fureur de ses parents,  il a vite rappliqué rue Broca. Il s’est attelé aux fourneaux. Les clients  l'ont adopté  -  trop contents de voir  "sabordé" le CRS envers qui ils ressentaient une bonne pointe de jalousie - Voilà, et de TROIS !

     Partagée entre des courriers prometteurs de Claude,  mais une absence indéniable. Heureuse d'être un peu déchargée de ses lourdes responsabilités, la Baronne prenait du bon temps. Dans un courrier elle avait tout de même un peu averti son beau daron CRS et celui-ci  l'encourageait ... "Oublie-moi, c'est mieux pour toi. Moi je suis un guerrier, engagé, je ne vois pas ton avenir avec moi, malgré la passion que j'éprouve...c'est mieux ainsi, pour ta petite aussi...blablabla

     Enfin "IL "  a annoncé son retour définitif sur la France. Alors  renvoyé le  p'tit cuistot (Sûr cela lui a fait beaucoup de peine) – Il avait augmenté la clientèle, il se sentait libre et heureux, "Patron" - indépendant de ses parents -  Il y croyait au Brocas'bar !     

      Je laisse la Baronne vous  raconter  la fin ce "fait divers" qui a brulé cinq ans de sa vie.

     - " Lorsque mon CRS est revenu  rue Broca, avec le beau pull-over comme une "preuve d'amour", ses yeux noirs m'ont immédiatement  "dévêtue" et "revêtue" de flammes -  Alors j'ai dit "ON FERME! ".

    - Et nous sommes partis direction - Le Fort d'Issy - Croyez-le ou pas , la nuit même, le 8 Mai 1968, le clairon a sonné dans la cour de la caserne, "IL"  s'est levé d'un bond - " Habilles-toi...  Nous sommes mobilisés pour Paris, bd St Michel... ça chauffe... allez, allez dépêche-toi..."  Ma parole,  il  était heureux comme un enfant qui retrouve ses jouets.

        Puis libéré définitivement il a épousé une amie d'enfance de sa Normandie. Un mariage de raison m'a t il assuré... J'ai repris le collier, mais le cœur n'y était plus.  L'argent j'en gagnais, mais cela n'avait plus aucune importance. Pour ne pas sortir seule j'emmenais mes "clients copains" - J'en ai réglées des tournées. J'ai même payé "une rangée" de 22  places à l'Olympia, pour Gilbert Bécaud - Michel Delpech - faisant "la première partie" -  Mes petits amis ont repris le refrain "C'est bien chez la Baronne, elle nous aimes beaucoup, nous fait de bons p'tits plats... la Baronne !  Et puis chez elle on fait beaucoup la fête etc." - Enfin il y a eu les adieux de Brel, ont étaient fous de chagrin, les rappels  ça n'en finissait pas. On s'est cassé la voix, mais il est parti. Lui aussi pleurait. 

    Alors on a finit la soirée vers St Germain. Au fil du temps nous sortions après ma fermeture. Nous buvions dans des Tavernes, assis sur des tonneaux  ou dans des petits "bouifs " de la "Mouff"  et nous chantions: " J'ai vu le loup, le renard et la belette. J'ai vu le loup, le renard danser !!

    Je rentrais de plus en plus tard, de plus en plus "gaie" - ou de plus en plus triste. Alors j'ai fermé le Brocas'bar

Pour  " CAUSE DE DECEPTION".  M.J.

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 17:46
ALEP Un  La mort du clown
ALEP Un  La mort du clown
     Anas Al-Basha avait 24 ans. Il vivait en Syrie, dans la partie est d'Alep, la ville sous contrôle des rebelles. Le jeune homme est mort lors d'un bombardement. Il était resté à Alep pour réconforter les enfants traumatisés.

     Le jeune homme dirigeait un centre appelé Space for hope
(Un espace pour l'espoir) - Cette Association soutenait 12 écoles et 4 centres psycho-sociaux dans l'est de la ville:
     Elle prenait 365 enfants qui avaient perdu un  ou deux parents
 
     Anas Al-Basha s'était marié il y a deux mois. Sa femme demeure prise au piège dans Alep et des milliers d'enfants vivent encore là-bas alors que les troupes fidèles de Bachar Al-Assad reprennent du terrain sur les rebelles.
 
Moi... j'ai la désagréable impression Bachar profite de cette guerre pour assassiner une partie de son peuple (mon 6ièm sens) qui n'engage que moi M.J
 
http://www.leparisien.fr/international/syrie-le-clown-d-alep-tue-sous-les-bombes-02-12-2016-6404487.php
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Actualités
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 17:30

1962  L'HISTOIRE CONTINUE ... 

     Mon rêve prend forme. Il me faut cette boutique « Cave à vin » Bistrot et déjà dans ma tête "Brasserie" !! A moi la rue Broca.

    La gérance m'est accordée, dans huit jours j'irai signer le contrat sauf que... Deux jours après - On frappe à la porte du studio…- " OUII ?  C’est ?

    - " C'est moi, Mémé Laboue - Ma grand-mère Aie !! 

     - Elle me dit ... Ce  qu'elle  n'aurait  pas du me dire...

     -  "Ouvre-moi Monique …  -" Louis dis que tu dois me rendre ce chèque.

- Louis est le demi-frère de mon père  *** Souvenez-vous du papa  "petit Pierre"  tué à Verdun. Ma grand-mère, veuve s'est remariée avec Mr Laboue : Elle a un deuxième fils : Louis, mon tonton.

     -  Je sais, je sais, vous vous dites : Beaucoup de demi-frères et une demie- sœur dans la famille de Claire ben oui… on ne choisit pas sa famille hein…

     - Je reviens à cette journée qui commence mal. Il est  7h30…

     - Ma grand-mère a dit : Tonton Louis; pas d'accord? … Mauvais présage, j’ai une intuition. Il va me mettre bâton dans les roues  celui là,  c'est Sûr!

     - Mémé insiste: "Monique, ouvres-moi. Tu dois me rendre ce chèque! Petit Louis a raison, tu es bien trop jeune - Etre serveuse est une chose. Gérer une boutique en est une autre. OUVRE! 

    - Mon oncle Louis" est Contrôleur à la SNCF - sa femme, son père, employés SNCF. Chez les "Laboue" c'est un choix inter générationnel: Fonctionnaire. Egal sécurité d'emplois jusqu'à la retraite.

    -  Alors là, je sais d'avance que si j'ouvre - je cèderai et... plus de chèque.

    - Moi: "Non mémé, je ne te rends pas le chèque aujourd'hui - J'ai rendez-vous ce matin, je dois aller signer le contrat pour la gérance de ce bar (j'évite de dire bistrot).  - Ceci dit toujours la porte fermée.

      "Comme prévu je te rembourserai tous les mois suivant ma recette, mais soit sûr que je te rembourserai et rapidement. ...Dans la rue Broca il y a plein de petites entreprises, au dessus une poste et une caserne etc. (Je ne lui rappelle pas mon tour de poitrine lol) - Quant je veux je suis convaincante et surtout têtue –  Je n’ouvrirai pas la porte. NIET.

    - Elle insiste… je fais la sourde oreille. Ma grand-mère descend les escaliers… J’entrouvre doucement la porte, malgré tout je pleure de lui faire de la peine. Demain ce sera sûrement le "tonton Louis" qui rappliquera. Alors ni une ni deux : Le métro - Direction Bercy - porter le chèque.  Là plus personne ne pourra s'opposer à mon projet.

    -  Je reviens avec les clefs. Et me voilà  "Baronne de la rue Broca "

    - Direction rue Broca, je me rassure: Il y a bien une "marbrerie" et ses ouvriers marbriers - Un marchand d'œuf (qui me courtisera)  - Un antiquaire (qui etc.) - Sur le Port Royal : Caserne de pompier - Grande poste. Plus haut un hôpital. Enfin la rue Broca est située entre les Gobelins et la Tour Montparnasse.  Le bd Port Royal est bien fréquenté... Si vous désirez allez à la Mouffetard, il vous suffit de descendre le pont.

         EH  OUI ! le nez fin  "La Baronne"  à suivre MJ.

     - Au dessous: la rue Broca - Du reste un quartier où furent tournés plusieurs films. Pierrot le fou qui amènera Belmondo dans mon bistrot -  Colette Renard: "Irma la douce" décédée à 86 ans dans une parfaite discrétion de la part des médias. Georges Chakiris: "On a volé la  Joconde"  - ce jour 82 ans - Sans oublier qu'il y avait dans ce quartier: La fameuse  "Cours de Miracles... de "La Marquise des Anges "A. et Serge Golon - Ainsi  que la Cours des Miracles de Victor Hugo dans Notre Dame de Paris.

*** A Paris des "Cours de Miracles" il en existaient dans plusieurs quartiers. surtout les plus pauvres. Entre les années 1500 et 1750. Wikipédia vous en parlera mieux que moi. -  La Marquise des Anges le roman d'amour et d'aventures des années 1956- 1960. Nous étions plus ou moins amoureuse de Robert Hossein "le boiteux" Joffrey de Peyrac.

Ah ah ! Je n'ai pas fait "littérature" mais j'ai des lettres!! LOL MJ.

MA DRÔLE DE VIE - LA BARONNE DE LA RUE BROCA
MA DRÔLE DE VIE - LA BARONNE DE LA RUE BROCA
MA DRÔLE DE VIE - LA BARONNE DE LA RUE BROCA
MA DRÔLE DE VIE - LA BARONNE DE LA RUE BROCA
MA DRÔLE DE VIE - LA BARONNE DE LA RUE BROCA
MA DRÔLE DE VIE - LA BARONNE DE LA RUE BROCA
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 08:45

 

  HARO SUR L'INJUSTICE...

    En mon âme et conscience je hurle à l'injustice... Justement ce jour de la lutte contre la violence.

 - Et je sais de quoi je parle! **.

 - Je n'ai pu retenir mes larmes à l'annonce de l'infâme information.

Relevés dans la presse du jour: Aujourd'hui, la Cour d'assises, avec courage, a su se départir de l'émotion et rendre la justice sereinement. Cécile Bourgeon est condamnée sur la base des faits qu'elle reconnaissait, à savoir la dénonciation mensongère et la non-assistance à personne en danger. Elle a toujours contesté les coups, elle est acquittée sur ce point", s'est félicité Renaud Portejoie.***

Si la défense n'a eu de cesse de plaider l'accident domestique, la cause de la mort de Fiona n'a pas été éclaircie, faute d'autopsie : coups, absorption de médicaments ou drogues. 

Même le sort réservé à la dépouille de l'enfant, enterrée en lisière d'une forêt ou jetée aux ordures, reste une énigme.

JACQUELINE SAUVAGE ... Après 40 de violence tué son mari violent et incestueux vis à vis de ses filles.

Jacqueline Sauvage attend la décision de François Hollande sur une possible grâce présidentielle. (Crédit photo : MyTFI)Jacqueline Sauvage, 68 ans, a été condamnée en décembre dernier à 10 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises d'appel du Loir-et-Cher. En 2012, elle avait tué son époux, Norbert Marot, de trois coups de fusil dans le dos, après «47 ans d'enfer conjugal»,

comme l'avaient expliqué ses filles.

«La cour d'appel de Paris pointe le fait que Jacqueline Sauvage n'a pas cherché d'autres solutions que de tuer son mari. Alors qu'on connaît très bien la situation des femmes battues en France actuellement. 

 C'est la société qui devrait être condamnée pour non-assistance à personne en danger», a réagi Me Nathalie Tomasini.

TELE MATIN DE CE JOUR : 26 Novembre

Tous les deux jours une femme meurt sous les coups de son maris.

                En 2014  135 femmes mortes sous les coups de leurs maris.

               En 2014    35   Morts suite  en représailles à la mère.

Information supplémentaire: En INDE chaque semaine 3/4 jeunes femmes sont attaquées à l'acide.

                ALORS QUANT UNE VRAIE JUSTICE DANS CE MONDE ?

** Dans les faits divers de  "Ma drôle de vie" à venir : Je ne fus frappé que 2 fois.        - La 1ière en 1948  - Un vieil homme. Père de mon beau-père... représailles.        - En fait c'est ma mère qu'il aurait aimé frapper. 

 **La 2ièm fois durant les années 72 à74 - Un homme... par jalousie. MJ.

Mais la bonne nouvelle est que :                                                                             Le seul homme invité à ma table -  ayant osé dire au sujet de  ma fille...

         - " Il faut la dresser cette gamine!! "  GRRR... 

    Son assiette à volée dans sa gueule et illico viré le c.... Et voilà LOL.

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Coups de gueule
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 16:15

 Toujours à l'attention d'éventuels nouveaux lecteurs ...

... L'aventure de "Ma drôle de vie"  continue...  Le début de cette biographie se retrouve à lire en lignes dans : MA DRÔLE DE VIE colonne de droite du blog. Il n'est pas possible de les commenter.

1960 - 1963  - Suite à mon divorce je trouve un studio dans le 19ièm à Paris. Seule avec ma petite fille. Mes choix d'emplois sont: les brasseries, bars et restauration. Ces métiers conviennent à mes aptitudes et désirs: Voir du monde et Paris. C'est dans une brasserie du côté de La Villette - porte de Pantin, à "La Bonbonnière" que je découvre le plaisir de servir, être aimable pour être aimée. Jolie petite brasserie que, hélas je dois quitter - mon employeur un homme rigide qui, devenu veuf,  désire m'épouser.  Je m'escampe!!  Dans le métier il y a toujours de l'emplois, et on y gagne bien sa vie. A quelques pas du studio j'ai une brave nourrice pour ma petite. Dans la restauration,  je franchis tout les échelons à vitesses aléatoires. De serveuses à caissière, du petit bistrot à la "cantine" - Des grands boulevards aux Gargotes, je ne fais que passer. Mais l'idée d'être patronne d'un bar ne me quitte plus...Je suis un électron libre, partagée entre: Gagner de l'argent pour acheter un "bistro" et garder ma fille. Enfin je me partage entre un homme que j'aime et un homme qui m'aime...Je découvre les nuits de Pigalle et le Jazz - On peut le dire... c'est un peu la débandade. Mais, libre et heureuse... tout est possible.

    Reprise de cette "Drôle de vie"  Souvenez vous... Que c'est déçue de n'avoir pu être  chef de rang à  " L'Etoile Verte" un grand restaurant des Champs Elysées  (la Direction m'ayant jugée jeunette) - Que je commençais à regarder les annonces concernant les gérances : bar - restaurant.

     J'avais cumulé des économies, mais pas assez pour réaliser mon rêve. C'est alors que j'allais voir ma grand-mère à Savigny sur Orge,  pour lui parler de mon projet: Prendre une gérance à mon compte. Cette dernière me savait courageuse, me faisait confiance. Elle me promis son aide à hauteur de 4.000fr. Cette grand-mère aussi bonne que son fils Pierrot - mon père. En attendant,  je prenais divers emplois tout en cherchant ma "petite boutique".

    C'est en en 1962 que je vis l'annonce. Une gérance cave à vin - bar - Garantie 8000fr. Gérance 300fr mensuel. Rue Broca 5ièm. J'allais à Bercy rencontrer le propriétaire.  Je visitais et fût illico emballée plus par le lieu que par la boutique. Située entre le Port Royal et la Mouffetard, à deux pas des Gobelins, quartiers vivant... Là  sûre que je serais bien - clientèle assurée. Je pensais déjà au papa de mon amoureux André, un menuisier qui manifestait un penchant sur et envers ma petite personne. En sous sol de la boutique pour ne pas dire "à la cave"; j'envisageais qu'il nous fit une  "chambre" pour moi et ma fille - Remonter le soir tard dans  le 19ièm était inenvisageable - de plus que l'école était à deux pas du bistrot. Oui, on peut le penser... Je faisais feu de tout bois...  mais sans jamais me brûler!

    Enfin n'ayant pas la somme requise je retournais voir ma grand mère qui me fit le chèque promis. Y'avait plus qu'à... 

L'aventure BROCA'BAR  allait être possible.

PETITS BOULOTS - GRAND PROJET
PETITS BOULOTS - GRAND PROJET
PETITS BOULOTS - GRAND PROJET

J'ai la chance d'avoir trouvé sur Google une image de la boutique  "avant"   "après "- Entre temps était venue la baronne, moi votre auteure... Qui ne connaissions point cuisiner et encore moins acheter les vins!!   Aujourd'hui ,  si vous passez par la rue Broca, vous pourrez voir ou rencontrer Eric la patron:  un super cuisinier que j'eusse bien aimé rencontrer en 1963 !..  En plus  Eric  aime Léo Ferré!

PETITS BOULOTS - GRAND PROJET
PETITS BOULOTS - GRAND PROJET
PETITS BOULOTS - GRAND PROJET

  Article -  images trouvés sur le blog de Barbara vous en dit plus:

      Dans le cinquième arrondissement de Paris, il y a un nouveau "conte dans la rue Broca.**  Il s’agit du restaurant Prosper et Fortuné , un ovni de la gastronomie tenu par Éric Levy, un chef généreux et passionné qui propose un concept atypique et original. Il faut y aller  goûter le menu dégustation du soir  qui est sans appel. C’est une adresse géniale.

Un lieu qui dénote Depuis la rue, la baie vitrée du restaurant dévoile une cuisine ouverte sur une petite salle à manger de quatre tables, seulement quatorze couverts sur chaises hautes. C’est curieux. Puis en entrant on est davantage étonné car on a l’impression d’être chez quelqu’un. Pas de décoration particulière si ce n’est un bric-à-brac de vaisseliers aux étagères pleines de pots en verre, carafes et autres curiosités. Le chef accueille ses convives tout simplement avec son tablier, un brin pince sans rire.

*** Rappel du livre de Pierre Gripari: " Les contes de la rue Broca"- Livre que Pierre, mon client de l'époque, écrivait en partie dans mon troquet. MJ.

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 07:36

 

Fiona 2    Fiona, pauvre ange martyrisée...

Petit corps jamais retrouvé. Toutes les mamans - les vraies - et j'en connais, me comprendront - Elles seront avec moi sur cet article.

Ah!  si nous les femmes avions le temps de "descendre"  dans la rue !!.  - Que justice soit faites. MJ.

A voir ou revoir : Lettre non postée à l' horreur: FIONA

Ce jour dans la presse:

- 2013 - Meurtre de Fiona : 2016 : drogues, violences et secrets planent sur les premiers jours du procès.

- "Je veux rejoindre ma fille. Elle me manque", lance Cécile Bourgeon devant la cour d'assises de Riom (Puy-de-Dôme), mardi 15 novembre. Lunettes, foulard rose fuchsia et pull gris, la mère de Fiona est appelée à la barre. Jugée pour la mort de sa fille de 5 ans, en 2013, elle comparait aux côtés de son ex-compagnon Berkane Makhlouf et beau-père de Fiona, jusqu'au 25 novembre.

  - " Mais... Un autre article parut en 2013 souligne :

 -" Ils avaient fait croire à la France entière que l'enfant avait été enlevée, avant d'avouer sa mort. Le procès de la mère de la petite Fiona et de son ex-compagnon s'ouvre, lundi 14 novembre, à Riom, devant les assises du Puy-de-Dôme. Ces dix jours de procès devront tenter de déterminer leurs responsabilités respectives dans la mort de la fillette et d'en savoir plus sur le sort réservé à sa dépouille, restée introuvable malgré plusieurs campagnes de fouilles.

     - Ni l'un ni l'autre, ne se rappelle l'endroit où - sous les yeux de leur dernier enfant (si mes souvenirs sont exacts) - ILS ONT ENTERREE  Fiona. Incrédible!! - Garder le silence c'est retarder le jugement, 

Le vrais  jugement. Pour terminer sur ce triste "fait divers"

  ... QUE JUSTICE SOIT FAITES ... ET QUELLE SOIT  JUSTE

Mais déjà sont évoqués : L'enfance malheureuse de Cécile Bourgeon et le parcours de Berkane Maklouf - La drogue etc. Ben voyons,  de quoi ne faire que  quelques années de prison et se faire soigner... avec le porte monnaie des honnêtes gens. 

- "Hello Léo :T'avais raison - C'est la schlague encore et toujours  !!

MJ.

 

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Coups de gueule
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 07:39

     Drôles de jours  - Que ces jours où l'on doit tout accepter... mais encore et toujours: avancer. Faire "profil bas" avec nos gros et petits chagrins, nos déceptions, nos colères, nos acceptations.

     Il y a deux jours AGRRR... Ma colère contre la vilain, le grossier, et ridicule, "tordu" sur sa dernière ligne droite - Le "CANARD ".

 - Je vous avais fais un post qui à disparut ?? Chut... Protégeons le post de ce jour. Mais bon, cette bizarre "campagne" me coûte depuis; la récidive d'un vieil herpès douloureux qui me gratte où ça fait mal! LOL - Pourtant, ce matin j'avais mis toutes les chances de mon côté.

    Réveillée comme d'hab - C'est à dire 1ière fois à 2h - 2ième fois à 4h 15!!  (Oui c'est comme ça, je suis une insomniaque; réglée telle une partition de musique) - Et comme d'hab. café - PC - CCPx

- "Comme d'habitude etc " (Cloclo) - Constatation que, lorsque j'aurai payé le loyer, les "obligations"... ben... bernicle les sous !!

... C'est là qu'une petite voix me souffle, sur un ton narquois. -"Alors ? C'était  mieux avant hein ? Monaco et son casing - Blackjack , Poker".

- Tiens, en parlant de poker... Un gagnant à ce jeu est un WINNER. Pour être Winner ben... faut être un bon  MENTEUR ! Vous voyez où je vous emmène LOL

- Ainsi que le l'ai  écris sur ma page FB: Je nomme officiellement, ou officieusement c'est selon... les 9/10 Novembre: Journées des MENTEURS de tous  bords - Rapport au 8 novembre la "Journée de la gentillesse...Hé oui les jours se suivent mais ne se ressemblent pas forcément.

- Enfin, ce matin dans ma boite e-mail: un message pourri, un  picking: concernant une possible fermeture de Outlook. Non sans oublier - une liste à remplir : coordonnés, mot de passe  etc. En fait un message rassurant: ces enfoirés d'arnaqueurs: toujours à l'affût des vieilles dames !! 

- Puis, toujours dans ma boite, le mail d 'une "relation" avec qui j'ai des divergences d'opinions électorales. Euh j'peux rien vous dire vu que je n'ai pas tout compris (ben, oui, je suis blonde - et même teintée, c'est pareil).  Mais bon, chut.

- Cerise sur la gâteau... Devant ma glace constat affligeant: mes cheveux tombent. Je régresse à toute vitesse. Hélas, mes rides elles,  progressent, progressent. "Pôvre" de moi !   Décidément quant ça veux pas... ça veux pas.

  ET pour  finir Léonard Cohen qui s'fait la malle! - Idem Bowie.

- Mes amies de toujours connaissent ma faiblesse pour les voix chaudes et graves... Trop, c'est trop !!  Sniff et STOPP.

 - RIP Léonard... Là où tu es parti, chante L'AMOUR... Encore et toujours. MJ.                     

  Résultat de recherche d'images pour "Gifs + drapeau français + petit"          1914 - 1918 

  Nous sommes le 11 novembre 2016 - commémoration 1914/1918 

  Mon papy que je n'ai pas connu... Tu étais déjà mort toi, en 1915.

    Tu n'avais pas 20 ans - Ton fils, mon père avait deux ans.

 - Cette phrase me fait penser à V. Hugo.

         "Ce siècle avait deux ans...  -  La légende des siècles. :>)

Chaque année je pense à toi... J'ai fais des recherches sur le site de  St Hilaire sur Marne, et plus - Aucun monument ne porte ton nom.

Ce nom que je porte avec fierté. Aucune tombe où prier.

 " Petit poilu" de mon cœur, mon héros.

   Tu es  et restera pour toujours  « Mon soldat inconnu »

  LE DORMEUR DU VAL

C'est un trou de verdure où chante une rivière,

Accrochant follement aux herbes des haillons

D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,

Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

Sourirait un enfant malade, il fait un somme :

Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

 

 

 

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Actualité
commenter cet article
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 17:16

Prologue de: MA DRÔLE DE VIE à l'attention de nouveaux lecteurs

 
L' histoire commence en 1936 - Dans le ventre de maman.

  ​   Mon père, "Pierrot" est un pur parigot. Passionné de sciences,   il fait des études en pharmacie. Rencontre avec ma mère dans un petit bal de la forêt de Meudon.

    Ainée d'une fratrie de six enfants. Maman, Gisèle, bien que travaillant en usine, doit seconder Joséphine,  ma grand-mère. Une jeunesse difficile pour la jeune fille.  Enceinte à 18 ans, mon grand père, Georges, exigera le mariage de maman avec mon géniteur:      A l'époque être "fille-mère" eu été la honte de la famille!

 - Moi, Monique, 1ière petite fille de cette famille, je fus gâtée , choyée par tous à en juger les photos des années 1937 - 1939.  ​

 Les Jacquot - Thirbaudet (mes grands-parents)  étaient une famille d'ouvriers , des gens simples venus des Vosges pour s'installer aux Moulineaux, citée francilienne de Paris. Premiers HLM. Tous, parents, enfants, travailleront dans cette grande usine : Citroën à Boulogne Billancourt.

-  Ceci dit, fatalité génétique ? vingt ans plus tard...

-  J'irai à mon tour "pointer" ... En usine!

                              Mais revenons à ma biographie.

   1939 - 1940 : La France entre en guerre. - Puisqu'il faut la nommer - C'est la guerre qui nous sépare et brouille les cartes de mon destin. Exode en Bourgogne, nourrice, pensionnat. La petite fille que je suis vivra éloignée de tous, seule dans ce chaos. Après guerre, naissance de mon frère: Fruit d'une aventure de maman.

    C'est au cours d'une dispute qu'elle dévoilera sa faute. Dans une colère folle papa nous chasse tout les trois: Geste qu'il regrettera toute sa vie - mon père m'adorait. Il était mon héros - Retour case départ aux Moulineaux - Mes parents divorcent. Quant à moi redirection: La pension: à Meudon.

 De ces faits, dés l'age de huit ans, partagée entre mes deux  familles recomposées,  je serai toujours nommée "l'enfant de l'autre".

    1945 - L'Armistice: Sortie définitive des pensionnats, retour chez maman qui, entre-temps, a épousé en secondes noces Georges D... le fils unique d'une famille bourgeoise qui n'apprécie  pas cette mésalliance. Le climat est conflictuel. A contre-coeur, je serai acceptée et " bien élevée" par mon beau-père. Tolérante et docile je serai redevable, donc corvéable à souhait au service d'une mère exigeante et volage qui en plus, n'aimait pas "les filles".

    Devenue adolescente, me réfugiant dans mes nuits sans sommeil, je m'évaderai dans les livres...en compagnie de Jules Verne.

    Patiemment j'attendrai le jour béni où, par le biais du mariage, je déciderai enfin moi-même de ma vie... 

   
Pour conclure: Curieuse, dés l'école, aimant les sciences et l'histoire, il est indéniable que, élevée par mon père mon parcours en eu été différent. Hélas élevée et perturbée,par une mère "nymphomane" - Je suis  en mal-être perpétuel, pas malheureuse mais pas tout à fait heureuse. Suivis par un psychiatre - Gavée de Gardénal (Phénobarbital en vogue) -  Je fais une tentative de suicide à 13 ans.
 - C'est la pratique de différents sports et huit ans de pensionnat qui furent très certainement mes "gardes fous". FIN DE CITATIONS. MJ
 
 
 
Mariée à dix sept ans...  Ai-je fais le bon choix ? Quel seront mes parcours ? Ma vie... une sacrée aventure que j'ai  bien aimée. MJ.

 

    A l'attention d'éventuels nouveaux lecteurs: "MA DRÔLE DE VIE" est  retranscrite en lignes:  colonne de droite du blog. MJ

                           MES DEUX BELLES ANNEES EN BOURGOGNE
                           MES DEUX BELLES ANNEES EN BOURGOGNE
                           MES DEUX BELLES ANNEES EN BOURGOGNE

MES DEUX BELLES ANNEES EN BOURGOGNE

 MA DRÔLE DE VIE...L'histoire continue

Poésie : Clic le Lien : RACINE ... De  bourgeon je devins branche.

Puis...  ​A l'attention de mon cher cousin Gégé...Peut-être aussi à tous les descendants de "Georges et Joséphine", s'ils se reconnaissent.
​Bonne lecture. MJ.
 MA DRÔLE DE VIE...L'histoire continue

Reprise de "MA DRÔLE DE VIE"

 
     Petit rappel du  dernier chapitre précédent cette reprise.
   
     1960 - A mon tour divorcée, et seule dans Paris avec ma petite fille Dominique âgée de quatre ans, je vais exercer des petits boulots me permettant de la garder: Usine, petit secrétariat, cantine à mi temps, à cette époque le travail ne manque pas, ce qui me permet de passer souvent une ou deux semaines cool avec ma fille.
    Mais c'est à Pantin, dans une jolie brasserie, que se décidera une partie de mon avenir.
  
" La bonbonnière " où je serais tour à tour serveuse, puis caissière suite au déçès de ma patronne. Mr Raymond,  veuf, sensible à mes charmes, par stratégie, nous offrira des vacances en Bretagne, où lors d'une réunion de famille, il me demandera en mariage.
    Mariage que je refuse. Au retour j'apprend que la Bonbonnière est vendue. Je me retrouve donc sans le sous et sans travail.
 
    Avec Mr Raymond j'avais rencontré mon premier loup.
 

 

 
 
 
 MA DRÔLE DE VIE...L'histoire continue

 

 Conclusion: Mariée à dix sept ans...  Ai-je fais le bon choix ? Quel seront mes parcours ? A mon avis, ma vie... une sacrée aventure que j'ai  bien aimée. MJ.

 

PS: A l'attention d'éventuels nouveaux lecteurs: "MA DRÔLE DE VIE" est  retranscrite en lignes:  colonne de droite du blog. MJ

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 18:02
11 SEPTEMBRE 2001

 

    15 ANS déjà  Les Américains ont célébré un triste anniversaire  hier

        Les tours du World Trade Center,

              se sont écroulées le 11 septembre 2001

Deux avions sont projetés sur les tours jumelles du World trade Center  à Manhattan et un troisième sur le Pentagone, faisant 2 936 victimes. Toutes les personnes à bord,  et de nombreuses autres travaillant dans ces immeubles. Les deux tours - dont les sommets culminent à un peu plus de 415 m de hauteur - s'effondrent moins de deux heures plus tard.

    Peut-être comme moi et beaucoup vous vous souvenez de ce moment de votre journée, vos occupations. L'horreur sur nos TV.

     Moi devant mon PC j'écrivais comme souvent... la télévision en sourdine. J'ai cru à une présentation de film à venir?... Puis j'ai compris.

     N'en croyant pas mes yeux, je me souviens de ce reflexe d'appeler mes amis de l'époque, dans leur cabinet dentaire. Ils ne m'ont pas cru dans l'instant- J'étais tellement horrifiée qu'une telle monstruosité pu exister... que je criais  au téléphone:

.... "Si, si c'est là, devant mon écran de TV " par phrases hachées décrivant ce que je voyais...N'en croyant pas mes yeux.

      ET VOUS... que faisiez-vous à cet instant? Si vous le voulez partageons le souvenir de ​cette terrible journée.  M.J

 

11 SEPTEMBRE 2001
11 SEPTEMBRE 2001
11 SEPTEMBRE 2001

  Suite à l'actualité, je travaillais sur ce sujet hier, d'autant plus touchée que dimanche soir, j'ai assisté à l'hommage pour l'attentat de Nice.       - Hommage rendu par le LIONS CLUB dans l'église St Pierre d'Arène à Nice.  Deux heures de recueuillement, prières et chants. Ténors et Baryton ont chantés dans l'église... C'était tout simplement bouleversant l'ampleur des voix montant sous les voutes.

     Une femme à chanté L'AVE MARIA de Schubert...

     Un ténor  NABUCCO de Verdi ...  et Le  Caruso de Pavarotti

     En final un autre ténor a chanté -"La Quête " de Jacques Brel.

     Vous imaginez mon retour au studio!!! Sniff!!

    Alors... "forcément"  j'ai eu envie de partager mes émotions et terminer cet article ce  Lundi. 

    Mi juillet et cette première semaine de septembre ont été bien chargées pour moi. 2 anniversaires : Ma fille 60 ans et petit fils 32 dents  euh ... 32 ans !!  Plus un déménagement suivit d'un emménagment
de Petit fils !!  Emotions plus travail... Grand mère est quasiment "cuite"!!
 
Mais ...  A bientôt la suite de "Ma drôle de vie"

 

claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Actualitée
commenter cet article

  • : claire-le-pan-de-mur
  • claire-le-pan-de-mur
  • : Mon histoire. Ces choses de la vie qui vous font rire,grincer les dents et parfois pleurer.Claire aime sa famille, la poésieRimbaud, Verlaine, Baudelaire, Hugo, Aragon.Claire aime aussi aller au cinéma en famille, aux concerts.Claire est fan de Johnny, Léo Ferré,Vincent Niclo, Julien Doré
  • Contact

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEUR​S SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

 

         

BEATTY BOOPS

Les voyages  de ma fille, Dominique

NEW YORK      LE LAC POWELL 

SAN FRANCISCO     MONUMENT VALLEE

 

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

J'AI FUIS     J'AI VU       RËVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

 

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

 AVENTURE D'UNE PETITE CULOTTE 

                                                                                                                              

 

UN AUTRE REG'ART

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD