Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 14:08
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2016
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2016
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2016

A TOUS MES AMIS DU BLOG,

            MA FAMILLE SE JOINT A MOI

                  POUR VOUS SOUHAITER

       UNE BELLE ET  HEUREUSE ANNEE 2016

     QUE LA FORCE SOITAVEC NOUS...  LA FRANCE !!

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 09:47

Un voyage de Nice à Paris

 

         Page  dédiée à ma famille, descendants des Jacquot - Thirbaudet 

    Le train joyeux, presque effrontément joue à cache-cache avec les terres, en se faufilant sous les tunnels. Dans la vitre- miroir je regarde la campagne, éblouie. Mon regard capte les images afin de les retrouver plus tard, les  soirs de solitude trop lourde…

… Les champs tant attendus se dessinent avec précision, tantôt carrées ou rectangulaires, toujours bordés de haies ; noisetiers, chênes, et arbustes divers, et cours une rivière. Dans un pré des moutons. Plus loin, une dizaine de vaches se prélassent et, bien sûr regardent passer le train tout en ruminant. Sur le chemin un attelage, tiré par deux percherons, avance  chargé de meules de foin. Des souvenirs de vacances s’imposent dans ma mémoire.

Je me souviens : J’ai treize ans, je reviens des champs avec le fermier voisin de mes grands-parents.  Nous sommes quatre ou cinq gamins sur la charrette. Soudain une grosse pluie, nous nous abritons sous les ballots de fourrage, nous sommes enfouis et nous rions, nous moquant de la pluie.

    Mon voyage continue... Au-delà de la campagne, coincée entre les vallons, j’aperçois de petits villages. Vu du rail, aucun signes de vie, pas d’oiseaux, pas de chiens, pas de gens… Pourtant je sais que derrière cette silencieuse toile, il y a une société, un patrimoine, des gestes immuables.

 

Et si je le sais c’est parce que je les ai rencontrés à Précy sur Vrin !

…. Les femmes dans les étables s’activant à traire les vaches, soigner les veaux.

…. Les hommes sont partis très tôt sur l’attelage, travailler leur terre jusqu’au soir.

…. Sur la place du village où trônent deux gros platanes ; assis sur  un banc les "vieux" se reposent sereins, se racontant au fil des saisons, les souvenirs d’une vie remplie de durs labeurs.

    Je revois la rue principale, trois, quatre petits commerces. Le boulanger, l’épicerie, véritable caverne d’Ali-baba où l’on trouve un peu de tout, même une paire de lacets. Et le boucher, son  tablier sur son gros ventre. En montant cette rue se trouve un petit hôtel qui attend les touristes de l'été. Mais dés l'automne c'est dans la grande salle que quelques bonshommes boivent " le p‘tit ru " ou un  "gorgeon ", tout en faisant une partie de carte pour terminer la journée.

    

Quelques images pour cousin Gérard  et cousines, Gyslaine, Annick, Lilianne, ma soeur cadette, Bernadette.  Et tout descendants de cette grande famille. 

La chance de trouver l'image de " notre rue"  à droite 3ièm petite maison arrimée à la ferme des Prevost. En face, la famille Milon. L'hôtel qui plus tard sera tenu par les parents de Gyslaine.. le chateau, le Vrin, la campagne et l'église A venir plus d'images de notre famille à Précy - Il me suffit de les retrouver. 

1993 PRECY SUR VRIN
1993 PRECY SUR VRIN
1993 PRECY SUR VRIN
1993 PRECY SUR VRIN
1993 PRECY SUR VRIN
1993 PRECY SUR VRIN
1993 PRECY SUR VRIN

Anecdote: A la retraite grand-père, très bricoleur, dépannait tout le village en petites réparations.

A partir de 17 heures, il passait au bar de l'hôtel pour une belote,  et de petits verres en petits verres, il en oubliait de rentrer. Alors ma grand-mère intervenait.

- " Va chercher ton grand-père... à "l'église"  (le bar)… Près de l’Eglise ;>)

    J'obéissais, heureuse à l’idée de passer quelques instants avec lui. J'adorais ce grand père, de plus qu'il était mon parrain, ce qui faisait bisquer, cousins et cousines, lorsque, perfidement  j’articulais -"Oui Parrain, oui Marraine" comme s'ils  étaient  - rien qu'à moi- Avec Parrain j'ai connu "la chasse" aux buses... Le suppliant de ne pas tirer. Alors il revenait bredouille ! La pêche aux écrevisses à la rivière du "château".  Et la cueillette des noix fraiches,  avec au retour, la baguette de pain chaud…   Que ... nous dégustions tous deux avant de rentrer. Tout en sachant déjà que Joséphine nous gronderait pour le retard et pour la baguette dépourvue de ses croutons. Silencieux nous assumions notre forfait.

  Mais revenons à  "l'Eglise" - Où Grand-père commençait à "tanguer" sur ses guiboles... Remontant à la maison il me donnait ses instructions:

- " Lorsque nous arriverons chez mémère tu éternue très fort et souvent... faut dire que lorsqu'il était saoul grand-père éternuait... un sacré handicap!

- Donc nous rentrions éternuant de concert. Joséphine nous attendait, mains sur les hanches.

- " Et te voilà encore saoul, c’est t’y pas une honte... et toi la merdeuse pas la peine  d'éternuer !!  - " On se lave les mains et  A TAABLE !

   On obéissait en silence. Et ces soirs là... c’était-  la soupe à la grimace.

   Inutile de demander la TSF  pour écouter  "Au théâtre ce soir"... 

  

      Le soir tombe et mon train court vers Paris...   Les petits villages défilent devant mes yeux. Ils sont toujours construits autours d'une église, comme si l'homme cherchait à se nicher près du bon Dieu. Il y a là, quelque chose de mystique, et parfois des histoires diaboliques.

    Je ne connaîtrais jamais vos secrets, et ce soir, je ne dormirais pas dans vos lits douillets, chauds de plumes d’oies. Chambres aux murs épais recouverts de chaux. Le silence y est profond et rassurant. Seuls résonnent quelques bruits sourds que font les chevaux en cognant leurs sabots sur le sol, en soufflant très fort,  avec ce bruit si particulier que font leurs naseaux. Et cela, parce que l’écurie est souvent attenante à l’habitat.

    Les cimetières les avez vous remarqués ? Toujours en retrait derrière l’église…  Le monument aux morts, et le rutilant caveau d’un châtelain de la région. Au fond,  le long d’une muraille, les tombes plus anciennes, petits parcs gris en fer forgé, couronnes de fleurs de porcelaine, décolorées par les vents.

... C'est dans un coin de Bourgogne qu'ils dorment mes chéris. Côte à côte sous une simple dalle de ciment.  Dans ce petit village qu’ils ont choisi, pour rester auprès de leurs derniers amis, me laissant seule avec mes  images. Miracle de la  mémoire, merci d’avoir enregistré tant de tendres souvenirs…
 

MJ.   Extrait de Ma drôle de vie - 1993

                            

 Georges JACQUOT et Joséphine THIRBAUDET   Mes grands - Parents

Georges JACQUOT et Joséphine THIRBAUDET Mes grands - Parents

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 08:08

14/18 LOVE STORY à Verdun             

 

                                

  Ce que j'ai oublié de vous dire...

    Mon père, Pierre J... conçut juste avant 14/18, ne connaîtra pas son géniteur. Car ce dernier appelé au front en 1914  fut tué par l'ennemi à St Hilaire le Grand Septembre 1915.  Tant d'années ont passées sans savoir... C'est grace à "MEMOIRE DES HOMMES" - un site sur la grande guerre, que j'ai retrouvé mon p'tit poilus. Hélas aucune information sur un éventuel lieu de sépulture, ossuaire ou cimetière à St Hilaire ? Et je ne sais pas comment faire ce genre de recherche?

    Quant à ma mère j'en sais plus...Gisèle J...  a été conçue dans les tranchées de Verdun. Fin 1915, donc née en 1916 dans les Vosges à Luxeuil les Bains.

   

    Je vais donc vous conter cette "irrationnelle " conception.

    Deux copines de Luxeuil: Joséphine, et Simone s'ennuient de leurs petits maris, enrôlés dans la "drôle de guerre " -  Elles réunissent leurs économies et partent pour Verdun... STOP... Je laisse courir votre imagination... Elles ont dix huit - dix neuf  ans ? J'ai sur ces jeunes femmes aucunes information en dehors que,  l'une d'elle, "Joséphine" sera plus tard... MA GRAND MERE.

     Arrivées à Verdun, en plein bombardement... Les vaillantes petites, parties avec peu d'indices, suivant leurs derniers courriers, recherchent la garnison,  ou le campement ?  Croyez bien  que cela à dû être une sacrée aventure.

    Enfin, sur renseignements, elles localisent  "La tranchée "  où se trouvent leurs petits hommes (ils ont le même âge) Et là, courageusement... se mettent au travail... sur le terrain ! Crac, crac – Allons-y gaiement… Renflouons la patrie !

   Dixit ma grand-mère, qui n'avait pas la langue dans sa poche, plus tard,  lors de nos fêtes familliales. De retour au pays: Elles sont toutes deux enceintes !

    Voilà ! Fin de l'annecdote.  Mais ce n'est pas finie...

    S'il y a des milliers de façons d'être conçue... Cerise sur le... je sais pas quoi...

    Par ricochets 1916 - Naissance de maman ... 1937 ce fut à mon tour d'arriver.

    Ce qui fait que j'étais sur place pour la seconde guerre 39/40 -  la mal nommée     - Puisqu'en fait  elle a perdurée jusqu'en 1945.

    J'en arrive à cette conclusion ...  

   Que, grace aux coquines de 14/18 - Il'y aura fallut l'effet DEUX guerres pour      que  en l'an 2000  vous me rencontriez au hasard d'un blog !

   Ce n'est pas fabuleux ça ?  C'est aussi, là, votre chance !

   MJ           .

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 17:32

                                         

Ma jolie  « Lady-Pat, Tu  nous a quitté discrètement,  telle que tu était dans la vie  et dans notre clan d'amies , et amis virtuels mais sincères.

Pour ce voyage vogues-tu sur une  de tes si jolies goelettes...  Vers quels rivages ? Quel vent bercera ton sommeil ... 

 "Lady " est le surnom que je t'avait donné pour te  différencier d'une autre Patricia, amie blogueuse . Ce surnom  de lady  qui t'allait si bien.  

Pleine de talent, tes peintures  et dessins, huile, pastel, crayons, sur tout supports  resteront dans nos têtes.

Dans nos coeurs, dormira  ta jolie frimousse. 

Pour avoir eu la chance de te rencontrer, je garde en mémoire ta gentillesse et ta générosité. Une dinette, suivit d'un bel après midi, toi et Patrick,  à Panam...

Aujourd'hui mon coeur est à la pluie. Ce kidnaping de ta vie est trop injuste...  Monique                      

                                 

                                  

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Coups de coeur
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 15:43

    Edith Piaf rencontre Marcel Cerdan en 1948, alors qu’elle est en tournée à New York, et entame la plus grande histoire d’amour de sa vie.

   Mais le bonheur sera de courte durée. "L'évènement " fera la "une" de Paris - Match. - Marcel Cerdan à trouvé la mort dans un accident d'avion au dessus de Sao-Miguel dans les Açores.  Et tout cela pourquoi? Pour rejoindre un petit bout de femme, partie chanter là-bas en Amérique. Sur une scène immense, fragile dans son éternelle robe noire, un air d'être tombée là par hasard. Dans une salle parfaitement  silencieuse sa voix fantastique s'élève, dans un cri  d'amour à s'en éclater le cœur. Son homme sera là demain, dans ses bras, dans son corps. La luxueuse suite qu'elle occupe résonnera de leurs rires.

EDITH, MARCEL et L' AMOUR

Dimanche 27 Octobre 1949.  Marcel Cerdan a gagné  dix neuf combats et des millions de francs à la force de ses poingts d'airains. il a trente trois ans. l'Amérique et son amour sont à quelques heures.

    Edith l'a supplié d'avancer son voyage...  Marcel a trouvé place dans un Constellation en partance,  grace au désistement d'un jeune couple.

   Il est notre champion. Il signe des autographes avec complaisance, c'est la rançon de la gloire.  Sur l'image son sourire est éclatant, la foule l'acclame.

En haut de la passerelle, un dernier signe de la main.  Les photographes fixent l'image. Marcel est à l'heure de l'ultime rendez-vous avec son destin.

Orly est situé à quelques kilomètre de Goussainvile. Le lendemain on ne parle que de ce drame. J'ai douze ans, je suis bouleversée.

La chanson  "MonDieu" que chantera Edith est un cris de désespoir.

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 17:24

Final de ces vacances pendant lesquelles je n'ai pas chômé.

Des images pour résumer ce que j'ai vu lors de mon escapade à Paris

Regardez bien le Pont des Arts: Vous ne le verrez plus chargé de ces milliers de cadenas... Soit près de 5 tonnes d'amour et de promesses et probablement des  milliers de clefs de ces cadenas dormirons au fond de la Seine. Cela devenait dangereux pour la stabilité de la structure du Pont.

- Tout a une fin... Comme l'amour parfois. 

Le magasin de la Samaritaine, bientôt sa destruction. Ma mère et mon beau-père Georges y travaillèrent jusqu'à leur retraite. Souvent j'allais leur faire un petit coucou. Georges y a travaillé toute sa vie! Je suis toujours étonnée par ces êtres qui sont comme "accrochés" à leur entreprise, comme un st Bernard à son rocher ? 

- Le Printemps, Bazard de l'Hôtel de Ville, Galeries Lafayette, de beaux  magasins qui ont toute une histoire.

Pour Georges ce sont des kilomètres de tissus qu'il a dû couper avec ses paires de ciseaux. Enfant unique, né à Ménilmontant, élevé par des parents et une grand-mère. Tous trois sévères.

Prisonnier de guerre, il fût  déporté en Allemagne. Toujours malade. Enfin sa rencontre avec ma mère! - La totale... Pauvre Georges.  Mais un fait est de constater que je fus sa seule réussite. Car j'ai toujours respecté cet homme,  qui m'a inculqué une bonne éducation. Même si mes chemins m'en ont parfois éloignés.

LE PONT DES ARTS
LE PONT DES ARTS
LE PONT DES ARTS

UN APRES MIDI A  MONTMARTRE 

     Une visite par "Super Christian Wacrenier'

 Le bien nommé :  " Amoureux de Montmartre"

Qui a eu la gentillesse de me montrer les petites rues et secrets cachés dans ce beau quartier: Moulins, fontaines, etc...

En plus, son  livre dédicacé... qui m'a fait très plaisir. Merci l'ami.

Quelques images "piquées" dans son blog... Un blog classé dans les meilleurs blog d'Over  s'il vous plait... Mais chut !!

  D'abord Montmartre des années 1900 -  Puis notre  "Promenade" en 2015
  D'abord Montmartre des années 1900 -  Puis notre  "Promenade" en 2015

D'abord Montmartre des années 1900 - Puis notre "Promenade" en 2015

Pour finir mon marathon parisien quelques images

Du 104 à Riquier où les jeunes s'en donnes à coeur joie

- Jongleurs, apprentis comédiens, danseurs et danseuses - Expositions diverses, bibliothèque, un haut lieux ludique  - Et cette année :   Le Gaumont fête ses 120 ans                                                                                                                                                         

                         Histoire du  "104 "  rue d'Aubervilliers

 Un squelette de métal  enrobé, l’endroit fait penser à une gare ou aux  abattoirs… Durant plusieurs  années  ce fût le royaume des croque-morts de la capitale. Sous la houlette de deux hommes de théâtre, Robert Cantarella et Frédéric Fisbach, il devait devenir un des haut lieux d’effervescence de la culture parisienne.    

    

   

 

Lien qui peut intérresser les lecteurs curieux.

                                            Ou donner des idées de loisirs à Paris.

http://www.104.fr/  

 

Quartier Riquier à quelques pas du 104 de bien beaux et curieux immeubles. Nommés "Les Orgues de Flandres"

LE PONT DES ARTS
LE PONT DES ARTS
LE PONT DES ARTS
LE PONT DES ARTS

     BARBES  - Hélas j'ai été confronté  à sa faune et  les dessous du pont... Une vraie misère que ces migrants. Un spectacle incroyable de  "notre temps". Sous des tentes, et sur des matelas à terre. 2 cabines WC  pour tous.

                           La gorge serrée, je regardais  L'INCROYABLE!               Ils ont été  "déménagés" ? Beaucoups sont de retour à la rue OU                       ...  Sous d'autres ponts.

                                               

Cet  homme m'avait demandé de ne pas le photographier... d'autres l'on fait... Images copiées sur Googol. 

Sur ce dernier reportage, la fin de mon odyssée. PARIS EN MAI 2015.

A mes lecteurs connus et inconnus, MERCI et mes meilleures pensées.

Statistiques : 2009/2015 -  24.500 visiteurs... Soit : 215.164  articles lus.

                                            

 

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Escapade Parisienne
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 18:21

PANAM EN MAI -  Medley d'images

Mieux que les Mots je vous présente les images vues au cours de mes vagabondages de Mai.

LES BERGES RIVES GAUCHES EN RENOVATION

- PLUS DE VOITURE... Que des promeneurs qui découvrent ici des aires de jeux.

Là des stands de restaurations, pizzéria, en plein air

Au profit ses vélibs et des joggeurs qui s'en donnent à coeurs joies.  

Péniches habitations - Jardins flottants de Niki de St Phale

ET même un "Poulaillier..". vi vi avec des poules... sur la Seine !!

Une promenade de 3heures... de pur bonheur.

- Domage d'être à Nice maintenant que j'ai tout mon temps pour ces ballades

- Réflexion: Une vie ne suffit pas... 3 vies seraient plus raisonnables for me.

Soit: UNE vie pour apprendre, UNE  vie pour comprendre, UNE  vie pour entreprendre.

BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE
BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE
BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE
BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE
BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE
BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE
BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE

BALLADE SUR LES BERGES DE LA RIVE GAUCHE

LE MONT VALERIEN

Sur une idée de Carole me voilà décidée de monter au Mont Valérien que je n'avait jamais vu. En cette année de commémoration de 1945, cela s'imposait.

Déjeuner à Nanterre avec Carole. Puis je pars en bus pour le Mont. 

Je monte, par un petit chemin garni de feuillages et de fleurs, vue sur Suresnes -  Mon portable sonne... Mme J...  ? ou Mme Carole  ? Surprise...

- Un Monsieur me dit avoir trouvé un agenda... et voilà la raison de l'appel.           Il m'attend  au pied du Mont donc... re-descendre  grrr. Mais merci beaucoup Mr.  Toutes mes notes m'auraient manquées. Puis je remonte par  un autre chemin et... arrivé au bastion. Euh... portes closes:

 les visites ne sont autorisées que le jour du Patrimoine.

         

Pour vous donner une idée du chemin parcourus:                                                   En vert forçément:  because les sous bois :

En bas au milieu de l'image le Mémorial.-  Je monte à gauche en suivant un chemin jusqu'à la pointe de l'angle de gauche en haut... Là j'ai l'appel du portable...           - Rendez-vous en bas...Je redescend jusqu'à la droite du Mémorial (sur l'image:la ligne blanche d'un chemin) Puis têtue,  je remonte dans un sous bois, un chemin,  jusqu'en haut où je trouve enfin le Fort... Portes closes  LOL donc...                     - Je redescend au Mémorial où attendent 3 personnes  pour visiter l'intérieur du Mémorial.  Là , notre guide nous dirige vers la "clairière des fusillés"... OUPS demi tour à gauche dans le sous bois. Soit une bonne demie heure de marche... sentiers, et trois escaliers compris... Visite de la chapelle où sont gardéq quelques poteaux et grafitis des fusilliers.... Enfin arrêt devant une grosse  "Cloche " en bronze sur laquelle sont gravés noms et détails des "nominés" pour l'éternité...

ET  Là, j'ai le tournis, un léger malaise.

LE MEMORIAL:  

         

En savoir plus sur la facade du  Mémorial :

http://www.villeneuve-patriotique.com/sfphp/mont_valerien.php 

- Notre guide devait peser près de 100 kilos. J'admirais sa constance et son sérieux à nous conter cette épopée et plus. Ce jour là justement dans la chapelle; le tournage d'un documentaire en présence du fils d'un des fusilliers condamné. 

La clairière des fusillés:  Le lieu avait été choisit par les allemands pour que personnes n'entendent les déflagrations des fusils. Notre guide nous fait remarquer ... Le silence.

Un silence incroyable, lourd et total !  A peine quelques mètres plus bas on ré-entends les bruits de la ville... Surprenant!...  Et véridique.

- En Février 1944 seront fusillés Missak Manouchian, et 21 de ses compagnons.

VISITE DE LA CRYPTE  

                         Quinze hommes et Une femme dorment dans la crypte

Le 15 septembre 2007: Soixante compagnons de la Libération étaient encore en vie. Le dernier Compagnon sera inhumé dans la crypte du Mont Valérien...              Dans la 17ièm tombe, laissée vide pour l'accueillir. Ce sera sur sa volonté.

- En avant de ces tristes faits de guerre le Mont Valérien a toute une histoire. Notre guide était généreuse et intarrissable, sur cette épopée et sur l'histoire du Fort. Je l'ai remerciée chaudement... et généreusement. 

Mais j'ai quant même fait encore l'effort de voir le cimetière américain (fermé)

  - J'étais arrivée à vers 14h au Mémorial... Je suis repartie rejoindre ma Carole; inquiete.. à Nanterre ...  Il était 19 h30 OUFFF.                                                                 FIN de l'odyssée...  Now vous pouvez souffler.

Place aux images. Et divers liens sur les lieux et l'histoire:

http://www.mont-valerien.fr/visiter/lexposition-permanente/les-lettres-de-fusilles/

http://www.mont-valerien.fr/visiter/la-chapelle/les-poteaux-et-cercueils/

http://www.mont-valerien.fr/comprendre/lorigine-du-mont-valerien/vocation-religieuse/

http://www.pascalconvert.fr/histoire/mont_valerien/monument.html

PANAME en MAI
PANAME en MAI
PANAME en MAI
PANAME en MAI
PANAME en MAI
PANAME en MAI
PANAME en MAI
PANAME en MAI
PANAME en MAI

A Suivre: Derniers sujets de ce reportage: Nathan Sawaya et ses légos. Les frères Lumières, L'épopée du Rocky Mountain au Canada, à la Géode. Enfin, rencontre avec le "Conteur de Montmartre" ... Un des gardiens des "Chats sans abris" de la butte.

Après cela j'espère vous donner envie de visiter notre Capital. 

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Escapades
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 13:21

BLOG. EN. PAUSE. BECAUSE.... BALLADE. À. PANAM. 3. SEMAINES

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 07:10

Coups de gueule... partages et colères

 

  PARTAGES et soutient pour le Népal ... 4 millions et plus à venir dans ce séisme épouvantable... Folies meurtrières de la terre et de la mer... Imprévisibles mais hélas inévitables. Nous sommes impuissants  en dehors d'envoyer des dons...

 

   Résultat de recherche d'images pour "Katmandou séismes"     Résultat de recherche d'images pour "Katmandou séismes"

 

COLERE: Suite à l’attentat évité contre l’église de Villejuif

"La civilisation judéo-chrétienne dont nous sommes les héritiers aujourd’hui est menacée"

Une belle jeune femme, professeur de sport, avec un enfant, et probablement un bel avenir -  "Au mauvais moment, au mauvais endroit". A payer de sa vie l’avortement de cet attentat visiblement programmé  de l'église de Villejuifs.

IRAK – SYRIE- LYBIE, Pays en décadences. Foyers de « l’islamo-fascisme » qui torturent et assassinent chrétiens ou juifs. Djihadistes qui se croient au-dessus de la République et des lois religieuses. Se disent "croyants" avec permis de tuer.... Aux noms de quels Dieux ?

- Il faut arrêter de serrer la main à B. El-Assad dont je déteste le regard fuyant.

- A Poutine qui fournit des armes en Ukraine, à tous ces dictateurs.

Avec le progrès: le web, les réseaux sociaux qui sont de bons moyens de communication s'ils sont utilisés à bon escient... Hélas servent aussi aux pédophiles. Et facilitent le recrutement au djihad.                                           Nous voilà donc revenu 2000 ans en arrière ?

Quant pourront-nous prendre conscience de "Notre chance" que chante Zaz.

Je sais que ce billet est utopique ... Mais cela me fait du bien de m'exprimer avec mes amis,ies, qui ne son pas indifférents aux malheurs humains quels qu'ils soient.

Dans XXX années ? Je partirais avec la rage au coeur si les grands de ce monde attendent qu'ils y ait des millions de victimes de toutes ethnies... pour s'unirent, faire règner peut-être, je dis bien "Peut être" ... Un peu de paix.

 

LES "PASSEURS" : Là aussi on a attendu un max,  que des milliers de pauvres gens qui fuient les guerres;  soient "livrés" aux bas instincts de  "passeurs" sans état d'âme, qui,  à des fins mercantiles : Livrent à la mer ces malheureux.                

Notre belle Méditerranée devenue tombeaux serait inaccessible à la surveillance ?                                                                                                      -  Les fameux "drones" de guerres seraient bien utiles d'intervenir en amont de       ces tragiques noyades... NON ?   Enfin facile à écrire j'en conviens.                    - Deux années que cela dure, et 2000 morts  depuis janvier !                                  - AH ! OUI ! Ca y est "ON" va réagir ? OUFF!!

  - Quelle est belle notre chance d'être içi,  en FRANCE même si parfois....             - Bin... Euh... C'est difficile.   MJ. 

Bienvenue à cette chanson pleine d'optimisme  de  ZAZ  (que j'aime beaucoup). 

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Coups de gueule
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 10:28

Toute notre région des Alpes est solidaire et bouleversée de l'horreur de ce crasch de l'A320.  Ici , plus ou moins, nous connaissont tous le paysage abrupt de ces montagnes et des gorges.profondes. - Personnellement dans "Ma drôle de vie"des années1980/84 j'ai fais nombreuses foires et marchés dans cette région de Dignes.

- Pensée et Solidarité pour les familles endeuillées. - Ainsi qu'une admiration sans borne pour les secouristes vue l'ampleur et la dangerosité de la tache à laquelle ils vont devoir faire face.Boue, pluie, froid, glissements de terrain et +. Rien ne leur sera épargné.

- Quels qu'ils soient... Les drames humains... sont toujours trop inhumains. MJ .

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans Actualitée
commenter cet article

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD