Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 14:05

2017 - Octobre/Novembre. Inutile de vous préciser que depuis mon retour le moral n'est pas au beau fixe. A Paris j'ai fais tellement de sorties de plus;  à pieds et à l'aise. Que, chaque retour à Nice est difficile:  Nice est devenue trop petite pour moi. La plage, les galets, mes échecs dans cette ville: Tout me saute à la gueule... Mais j'avoue que je retrouve toujours beau  "min t'chiot studio". Dans la SDB,  la fuite d'eau ne s'est pas aggravée. Reste à donner coup de plâtre et de peinture. J'ai déjà touchée l'indemnisation. Ah c'est pas comme avec MMA !! Toujours une dent contre sa pub !! Des années en arrières: Trois inondations pas de ma faute -Ils m'ont virée:Bonjours les tracas.

   Ce retour, bien sûr mon ami Christian... que j'ai honte de ma lassitude concernant cette ville qui devient de plus en plus belle. Tant de parisiens envieraient ma place. Mais cinquante ans que je suis ici... Il faut me comprendre. Ainsi que moi je peux comprendre que des parisiens ou "calaisiens" soient heureux de finir leurs  vieux jours à Nice... au soleil (sur les galets) bains de mer et méduses.  Mais moi, je ne m'y habituerai  JA - MAIS !!

Pour conclure: Pas évident de me remettre à l'écriture... En plus je ne sais plus où sont mes fiches... Ralala je vieillie et... j'le sens bien!! 

 .... Pourtant je fais des efforts: Piscine, dancing à l'Association tous les lundis avec goûters et en décembre un spectacle: Le tout gratuit. Enfin si c'était mon choix: cinéma à 2.50e - Théâtre et randonnées possibles. Mais voilà... Toutes inscriptions doit se faire 3 mois à l'avance, et moi je ne suis pas une personne très organisée.

 

Mais revenons à  CETTE DRÔLE DE VIE  D'AVANT !!

MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE
MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE
MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE
MA DRÔLE DE VIE - RETOUR A NICE

La nouvelle gare. Une sacrée construction qui reliera la gare au tram...  Nice a bien changée et ce n'est pas l'ami Bégui qui me contrariera*** Ayons tous une pensée pour Alain bien malade. Peu de temps après sa retraite. Quelle injustice. Qu'il soit plus fort que la maladie. Merci.

                     

                                                                                                                                                                                              1978 - ADIEU SERGE: SALTIMBANQUE ET MAGICIEN

... L'article se terminait ainsi... Adieu Serge, c'était bien l'aventure... mais je dois y mettre fin. Bien entendu, il me faut batailler avec Serge qui visiblement est malheureux... Impossible de me retenir. Je lui prends trois sacs de voyages que je paye royalement! J'y entasse mes affaires et... Voilà! Je prends le car pour Nice.

    A peine arrivée petit  tour au Sélect: Coucou à André... Sa petite femme au comptoir à l'air tristounet (Tu l'as voulu... garde-le) - Dans deux ou trois nuits...  Sorry, il redeviendra mon amant. 

    A chacune son tour...  (Je sais... c'est vilain et même méchant) 

    C'était sans compter sur la malice d'André qui après une chaude nuit me fait part de ses soucis. Le chiffre d'affaire est bien bas car petite femme très occupée avec bébé... Et plus, ne sait pas cuisiner.

... Nous savons bien tout deux que sans restauration et sans le sourire de "momo"  Plus de belles recettes... c'est comme çà mon dédé !! Alors reprise du concert... "Tu sais bien ma p'tite "momo" que chez moi sera toujours chez toi. Ne viens plus au bar mais en cuisine etc. etc". Très con-con j'ai cédé une fois de plus: Dés neuf heures - marché, cuisine, vaisselle... A seize heures je rentre. Je reconnais que je gagne bien ma vie, mais je suis quant même la "cuisinière" de Madame...  

... Elle me le fait bien sentir.  Alors basta!! Achat de sacs et direction la Corse !! Je reprends le bateau seule. Direction Bastia... Iles Rousse... Propriano...

Je connais bien les chemins de la LIBERTE.  MJ 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 15:30

... Hélas dernier séjour dans le studio de Carole... rue Pajol, 18ième. Moi je l'aimais bien ce petit nid qu'elle s'était trouvé. Et surtout je dors à merveille sur son futon d'une place!! Alors que je suis si mal dans un lit... Pourtant j'avais le choix d'une belle chambre. Non j'ai préféré ce petit coin dans la pièce donnant sur un joli parc. Thimy l'apprécie aussi, et le regarde souvent par la fenêtre,  juché sur la table basse. Ce drôle de chat n'aimes que les parcs du 18ième où il retrouve ses marques, bien que nous y  sommes venus que 2 ou 3 fois dans le temps !! Monsieur Thimy n'aime pas les parcs de Nice... à deux pas de chez moi ??

    J'aurais bien voulu gagner un gros lot, l'acheter moi... le nid de Carole pour y finir mes jours. Née à Paris, je tiens vraiment y finir ma vie :  Ma drôle de vie!! 

    Le studio étant vendu, donc à moitié vide... LOL ! Alors  il m'a fallut dès l'arrivée faire quelques courses... Gentil S..., le chéri de ma Carole, a pensé me laisser quelques douceurs. Vais l'adopter ce beau jeune homme!! Ah faut  aussi que je vous dise : Mr Thimy, dés mon arrivée, lorsque que j'ouvres la porte de l'immeuble, saute de son sac.. monte les trois étages, et s'arrête, pile-poil devant la porte de sa chouchoute... Carole!! Deux ans que nous n'étions pas venus!! Thimy se souvient de tout... mais peut- être sent - il que pour moi : Là où je vais, il est là ... Le bonheur! 

7 Octobre - Je m'installe. Fatiguée de la veille : Le train, la valise, le chat, le sac à dos à 80 ans c'est un peu gonflé non? - A Paris c'est  "La Nuit blanche" - Musique à gogo... J'y serais bien allée, mais la foule de jeunes en fête, m'a un retenue et ce soir là, il faisait froid!

   Ah j'oubliais...Studio vendu donc: Ni Wifi, ni TV !! Mais bon... En principe je ne sort pas le soir, alors lecture.  Encore heureux : qu' en bas de l'immeuble, un sympathique bistrot:"LA VIEILLE PIE". J'en fais mon QG, surtout lorsque se fait sentir le besoin de me "connecter". Ce bar est la réplique de mon bistrot, rue Broca! Même comptoir en zinc, idem les vieux meubles, frigo, et la caisse près de la pompe à bière. Emplacement des tables, et la jeunesse! Curieux hasard? Où bien serait-ce Dieu farceur qui me conduit dans ces lieux de Paris ? 

8 Octobre - Première virée au 104 !! Un lieu que j'adore ! Puis Direction "Montparnasse" : pour billet de théâtre: A. Dussolier - Cette fois j'ai raté Luchini qui se contente de deux représentations.

   Mais André Dussolier très drôle : Le thème : Un survivant du Titanic, devenu musicien, raconte avec humour le terrible naufrage. Entre quelques morceaux de jazz, il danse, et ma foi il bouge bien le Dussolier!!  Enfin grande ballade rue de la Gaieté. Les bars et les restaurants pleins  de monde. Je me sens "vivante" et toute gaie. 

9/10 Octobre: St Michel - Devant la Fontaine, musiciens mexicains. Sur trottoir en face :

Librairie Gilbert Jeune: Immense librairie où j'aime m'attarder, y fourrer le nez dans les livres. Je craque pour un un triller de G. Musso. Carole m'a fait cadeau d'un aller retour à Panam. Plus: un billet de 100e pour m'y divertir.  Merci mon cœur.

   Comme d'habitude, petit tour à l'Ecluse, en bord de Seine, bar où on débutés Ferré, Barbara, les Frères Jacques et tant d'autres. Euh... si vous avez l'impression d'avoir déjà lu ce passage: C'est normal... Dans ce blog, surtout à chacune de mes visites à Paris, j'ai un parcours : toujours le même... De St Michel, La Mouffetard, rue Broca, en passant par le Luxembourg et j'en passe !! Les chemins et lieux de vie de Léo... La rue St Père, la rue Jacob.  Bien que cette année j'ai négligé le Bd St Germain. 

11/12 - Deux après-midi au lieu dit: Le 104... J'adore ce lieu.

En 1874, après deux ans de travaux, le nouveau bâtiment des "Pompes funèbres de Paris"  est inauguré au 104 de l'ancienne rue des Vertus (actuelle rue d'Aubervilliers). Il est l'œuvre des architectes:Edouard Delebarre et Godon, sous la houlette de Victor Baltard, architecte de la ville de Paris.

    Deux grands halls : Expositions diverses - Emmaüs contenant plein de vieux livres, meubles anciens et babioles de toutes sorte. Et surtout une belle jeunesse qui, chaque jour s'en donne à cœur joie :  - Entraînements divers : Jongleurs, danseurs de hip hop. Ici où là, de futurs comédiens déclament de longues tirades. Un surprenant jeune homme, à l'intérieur d'une grande roue, fait des figures... Léger,  il virevolte avec grâce. Et moi je trouve tout cela beau, et moi je regarde, le cœur gonflé de plaisir. Je suis à Paris.

 Lien : Le 104 

Place à quelques images: Mon PC refusant de reconnaître le smartphone ... J'ai pioché chez Google. Mais j'espère vous avoir "promené " dans la ville si chère à mon cœur. 

Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.
Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.
Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.
Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.
Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.
Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.
Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.

Le 104 et ses attractions - Ainsi qu'une image du jardin face au studio.

Anecdote: L'HOMME QUI RIT 

- Bd. st Michel. Un jeune homme m'interpelle... Il me sourit. Polie je répond par un sourire - " Ah madame! cela fait des heures que je rencontre des personnes figées dans leur pensées... aucune réponse à mes sourires et vous voilà... Il rit aux éclats! - Prend mon bras...

... Votre prénom madame. A Paris je ne suis pas inquiète (mon sac de sortie sous ma veste). - "Moi c'est Fernand comme Fernandel. Le voilà plié en deux riant aux éclats.  -"Euh... je m'appelle Monique "- Il me lâche et s'en va, ouf...Mais voilà que derrière moi il crie: " MONIQUE! Monique!... je ne vous oublierais jamais!! - Enfin un homme qui ne m'oubliera pas... cela me console de tout ceux qui m'ont oubliée LOL!!

    Y qu'à Paris que je rencontre de drôles d'énergumènes.

   A Paris je rentre souvent dans les églises. Cette année plus que d'autres je pense à ma jolie et gentille Nadia morte à 28 ans, en chutant dans un ravin ce mois de juillet. Eglise St Gervais je rencontre dame Catherine,  nous partageons nos idées sur Dieu, et l'injustice de ce drame (elle l'avait lu dans le journal) ... Nous parlons de ce doute qui nous habite parfois sur " l'après vie".

    J'ai souvent constaté que, nous les chrétiens, nous doutons plus que tout autres adeptes d'autres religions. Et dame Catherine doute elle aussi : Non un après est impossible. Fin de ma réflexion. 

13 Octobre: Triste journée. Visite à ma chère tante. 93 ans,  depuis 15 ans  emmurée dans cette terrible maladie qu'est l'Alzheimer. Elle en est à la phase finale... Celui de n'être plus rien qu'un corps sans aucune expression, dans lequel bat un cœur infatigable. Cette femme qui m'a sortie du pensionnat... J'avais 8 ans... elle m'a rappelée, plutôt  imposée à ma mère. (Une drôle d'histoire). Enfin je suis toujours en admiration devant ma cousine, qui travaille à mi temps, pour aller chaque jour à 17h voir sa maman. N'ayant aucune confiance envers les "stagiaires" qui sont employées dans ce genre d'établissement. Ghislaine, rafraîchie, ma tante, masse, fait dîner, et apporte toujours fruits, dessert. Change ses linges pour la nuit . Ma cousine s'interdit toute liberté pour s'occuper de sa maman.

- Son dévouement me scotche! Devant le malheur de ces malades, moi, "la geignarde",  j'ai honte. 

çi dessous: ORME  DE ST GERVAIS  Ces vieux arbres de Paris me fascine en plus ils ont tous une histoire passionnante

ORME DU PRE ST GERVAIS ET SON PANNEAU
ORME DU PRE ST GERVAIS ET SON PANNEAU

ORME DU PRE ST GERVAIS ET SON PANNEAU

13 Octobre:  Musé du langage... surprenant. Rappel de " La tour de Babel" - Notre voix définie par des sons divers: nasale, gutturale... Enfin le langage des signes m'a toujours intriguée. Vidéo d'une jeune femme qui chante en "langue des signes : "Et savoir aimer" de  F. Pagny. Émouvante.  Je serais bien restée 3/4 heures dans ce musée. Mais j'ai rendez vous... A Montmartre avec l'ami Christian W... et sa compagne. Il m'a écrit un texto:  -"  Tu viens, dînailler ?... tiens ? Je dînaille, tu dînailles...un nouveau verbe. Christian nous a aussi "cuisinaillé" un délicieux repas.

14/ Octobre: Exposition féline... rue des Archives. Intéressant de savoir comment nos chats s'expriment, se comportent, se dirigent.  - Avec des lunettes spéciales sur le nez, nous sommes un chat.

... Ah que le temps passe trop vite à Panam !! Je me dois aussi,  de rendre le studio de Carole en bon état -  Mr Thimy termine sa mue, donc, à nouveau:  moult poils!!  

15/16 octobre - Fête des vendanges à Montmartre... 2 jours je m'y rendrais et toujours à pieds!! Repère : Suivre métro aérien de Barbés... Je demande mon chemin à des messieurs... - Réponse: "Tout droit " Bêtement je marche... et bien sûr au bout de quelques kilomètres, je réalise que je suis dirigée tout à l'opposé du Sacré Cœur presque à St Lazare Grrr.  

-  " Pardon Madame, je voudrais aller à Montmartre" LOL. Retour arrière...et toujours à pieds! Je ne ferais plus jamais confiance aux messieurs !  Sacrée journée!

- Fête des Vendanges un monde fou!! - Les vignes, les petites rues, des pavillons, comme à Mouzaia  dans le 19ièm.

   Enfin surprise: AU  LAPIN AGILE - Un couple doit remplir une fiche et me demande qui a fait ses débuts dans le célèbre cabaret... Et moi grâce à Léo je raconte... Caussimon, Mac Orlan, Picasso, Brasseur, euh... Oui je me découvre "conférencière" LOL.

    Pendant que j'y pense je vais demander à l'ami de Montmartre de nous faire un article sur ce LAPIN AGILE.. . Et... 4 rue de l'Abreuvoir une superbe maison : Ainsi que plein d'histoires sur Montmartre : Vous serez bien mieux renseignés. 

 Ch.Wagrenier   Rue de l'abreuvoir

Concernant:  le LAPIN AGILE

 16 Octobre: Le temps a passé bien trop vite: Encore une exposition éphémère sur le cinéma : Marché St Pierre, toujours à Montmartre sur les  "tournages des films": Les incroyables effets spéciaux  sur "Allien le retour" en particulier,  et quelques autres. Moi,  qui ai tant aimé  "Un long dimanche de fiançailles" Je ne verrais plus ce film du même regard ! -Tranchées minuscules  sur maquette... Où des soldat marchent sous la pluie... d'un arrosoir !! et j'en passe car il me faut finir ce long long article!!

Dernière anecdote: Rue de l'Ourq - Découverte d'une grande librairie - Un livre attire mon attention (J'ai oublié le titre) mais c'est "Histoire du 19ièm" raconté par ceux qui y ont vécus BINGO!  - "Moi Monsieur j'ai habité rue des Ardennes etc. Et  travaillée à la "BONBONNIÈRE" - Juste en face de "Chez l'auvergnat " deux bistrots disparus pour faire place aux béton des immeubles.

  Le libraire est fort intéressé. Je lui fait connaitre "Claire le pan de mur". Où je parle de mes années 60 Oups il va sur son PC etc... "Vous permettrez madame de vous citer avec vos souvenirs,  dans le deuxième tome que nous allons consacrer à ce quartier etc..

 Voilà... Là, où  "Ma drôle de vie " a commencée...                                       ... Grace à ce livre.... La petite histoire va continuer.

MJ.

çi dessous vidéo d'un arbre superbe: Platane d'Orient Planté en 1840 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 14:19

  A mes fidèles lectrices et lecteurs, quelques heures avant mon départ pour Panam,  je prends soins de ne pas vous laisser dans cette attente de la suite ... Gentille Claire ;>) 

Voilà donc la finale de cette incroyable odyssée : Serge, le saltimbanque magicien. -  Hélas la dernière de mes fiches à disparue? De là haut où il s'en est allé trop tôt : Serait-ce une farce du "magicien" - Petite vengeance de mon abandon ?  Alors il me faut me souvenir.... Bonne lecture!

 

     Après cette formidable aventure Nice - Collioure nous entreprenons le voyage du retour. Encore quelques marchés et déjà l'idée de me séparer de Serge fait son chemin.

    Ainsi je le dis dans le chapitre précédent, je suis aguerrie dans ce métier, grâce à l'exemple de Serge : Bon vendeur, bon camelot! Mais moi, de nature très curieuse ; les métiers ne duraient qu'un temps très court. Je me lassais vite, une fois le savoir - faire atteint: je passais à autre chose. Il en était de même pour mes rencontres. C’est dernièrement, lisant Françoise  Dolto, que j'apprendrais qu’il est une attitude courante dans le cas des enfants "rejetés" ?? - " On n’a pas voulu de la petite fille : alors la petite fille se façonnera toute seule NA!!                      

    Confession ultra intime: Sans tabou. 

   Souvenez-vous que dans les chapitres relatant mon adolescence, Durant laquelle je fus très choquée par les attitudes d'une mère: nymphomane - (reconnue "maladie") - Moi, jeune fille mariée à dix sept ans, pour fuir cette fausse famille où je ne fus ni acceptée, ni aimée et de surcroît au service de tous, dés l'âge de treize ans... Je décidais donc de me marier: croyant y trouver une liberté d'actions - Grosse erreur: Georges, mon mari de six ans mon aîné: Soit un "homme"qui durant nos fiançailles me respectait. Une fois mariée, me fit horreur ! Jusqu'à me conduire au suicide.

LIEN: Fiançaille et mariage 

   En ces temps là, je croyais que l'acte sexuel était le résultat de sentiments doux et purs, comme un vertige; avec le besoin de se donner à l'autre, se confondre, harmonieusement, volontairement.

 Mes amours d'adolescente ne dépassant pas les chastes baisers. Aujourd'hui sur FB: on dirait: "des bisous".

    Ces quelques lignes pour dire que: ayant une mère nymphomane, je devint hélas, pour moi et mes premiers amants - "une femme frigide" - Ultime confession: Durant des années, au cours de l'acte sexuel... Souvent : "mentalement" je passais de dessous "l'homme" ...au- dessus de l'homme.  Et donc je revoyais les images sales, surprises devant cette maman aux mœurs spéciales. Je n'y voyais aucun sentiment d'amour, sinon une vulgaire chevauchée !!

    J'espère être comprise, car au moment où j'écris cette confession, stupide à pleurer... Elle me fait rire.   

 

 

   Mais revenons en 1978 ! Avec cet amant - copain que fut Serge le magicien. De frigide j'étais devenue "passive". Ce qui était courant surtout avec mes amants de passage. Donc ne satisfaisait pas "l'homme"  et, bien souvent, après nos rudes journées, nous "guerroyons" toute une partie de la nuit.

   Aix en Provence... Une foire très épuisante cinq heures - dix - huit heures. Un apéritif, un bon restaurant... et me voilà Ko. Au dodo. Hélas Serge est très en appétit...LUI. Il m'embêtera durant une ou deux heures qui me parurent très longues.  Serge s'endort... OUPS! Je me lève d'un bond, m'habille et file dans la nuit, vers un l'hôtel.

    Le lendemain, au réveil...(il est quatorze heures)-  ma décision est prise. "Adieu Serge, c'était bien l'aventure... mais faut y mettre fin. Bien entendu, il me faut encore batailler avec Serge qui visiblement est malheureux... impossible de me retenir... Je prends trois sacs de voyage, que je paye royalement! -  J'y entasse mes affaires et...

Et voilà ! Je prends le car pour Nice.

A suivre: petit tour au Select et départ pour le haut pays... Seule!

                                       

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 18:03

     Dimanche 26 Juillet, jour de mon anniversaire

   Après le marché de Perpignan, très rentable en recette, nous faisons une longue promenade au bord du canal. Vers dix sept heure nous roulons vers Collioure, bien décidés d'y faire la fête.

   Collioure la citée des peintres. Une bonne sangria en terrasse nous récompense de tout nos efforts de la journée. Moi je suis fatiguée et déjà un peu pompette. Mais j'ai quand même pu admirer la beauté de cette petite citée Castillane au coucher du soleil.

   Elle était vêtue d'une robe brun dorée, avec autours des collines d'un vert lumineux. Au loin on voyait la chaîne des Pyrénées découpant dans le soir son ombre d'un gris mauve, auréolée du blanc de ses cimes neigeuses.

   Sous la voûte bleue de la nuit, on distinguait la superbe Tour d'un rouge sombre. Enfin la mer, sillonnée par un voilier rentrant au port. C'était le tableau vivant d'un peintre extra terrestre, que  ce soir là, Serge  m'offrit pour mes quarante et un ans.

   Oui Collioure méritait d'être honorée par les peintres.

   Nous sommes si contents de cette journée que nous dînons dans très coûteux restaurant... Comme souvent, à la fin du repas, Serge le malin nous fait son spectacle: Quelques tours de cartes, puis avec des anneaux qu'il a toujours avec lui, il les entrelaces, et magiquement les sépares... J'avoue n'avoir jamais compris comment ? tellement le geste est rapide ou illusoire ?  Serge ne me révélait pas ses secret de jongleur et de magie. ça aussi j'aimais bien - Voir les clients avec des yeux d'enfants, étonnés devant ce magicien de rue étonnant. Cela le différenciait des hommes rencontrés sur mes chemins. 

   Et comme d'habitude... le patron nous régalait d'une bouteille de bon vin ou d'un pousse - café gratos... Le but de Sergio!! 

MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE
MA DRÔLE DE VIE 1978 PERPIGNAN - COLLIOURE

Quelques images qui me rappellent ce voyages dormant dans mes souvenirs. Perpignan - Collioure - Argelès sur mer, la plage farniente un jour de repos.

A suivre: Retour à Nice et fin de la belle aventure je préviens d'avance que: Victime d'une nouvelle inondation  dans ma salle de bain +visite expert, plombier...Plus préparation départ Paris... il semblerait que vous resteriez sur votre faim jusqu'au 20 Octobre... Mais je vais faire mon possible pour satisfaire votre curiosité avant de partir. 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 18:17

1979  De Nice à Collioure

    Une période difficile… Impossible de retrouver André, celui-ci s’étant marié en mon absence (période St Maxime – la plage) – Quoique qu’incertaine, et sans avenir, reprendre l’aventure avec le magicien me tente… Que faire d’autre ? Je ne risque pas grand-chose de continuer à vendre tout et n’importe quoi sur les marchés, et les foires. Je revois Serge, lui très content… Il est plus calme, plus sobre. Travaille sérieusement sur les marchés de l’arrière pays. Peut-être il y a un petit espoir.

    Alors nous décidons de faire toute la côte varoise de Nice à Collioure....503Km par la route!! Nous avons aménagée l’estafette - en camping car de fortune. Ainsi nous pouvons nous arrêter et dormir où bon nous semble… C’est ce côté de l’aventure qui me plait le plus.      

 …Première grande étape Toulon un 14 juillet. Nous sommes sur la rade entendant le feu d’artifice lorsque Serge rencontre un ami qui nous invite a monter en haut de la mairie (13 étages) Laisser –passer, pas de problème. Le feu d’artifice magnifique, tiré depuis les pontons sur la mer… Tout la rade est à nos pieds mettant en valeur les monstre d’acier : porte-avions, dragueurs de mine,  et le plus beau: Le Clemenceau.

    Clou de la soirée Mr le Maire nous prenant pour deux de ses sujets nous serre la main et nous invite au buffet. Champagne et présentation au Préfet !! Moi je suis au septième ciel !!

    Serge et moi pouffons de rire car…Mr le Maire ne se doute pas que nous sommes deux camelots, vendeurs en sauvette, que poursuivent et chassent inlassablement les gendarmes toulonnais depuis quelques jours !! Ah si Mr le Maire savait !!

MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure

 Ensemble de mes fiches sur ce voyage - 1978  Une pensée pour Serge qui est décédé à 56 ans - Carte de la Côte Varoise  à laquelle je me réfère - Escale à Toulon - Vue de la Mairie sur le port de Toulon.

                              

    En suivant mes fiches... Car j'avoue que de mémoire je ne m'en sortirais pas vraiment. Mais ce dont je me souviens c'est le fait que j'étais très heureuse de cette "grande ballade" et fière de mon audace. Ce jour où j'écris, je ne regrette rien.

   Je vois donc que  nous passons deux jours chez "rouquette" le copain de Toulon. Deux jours de repos et d'abstinence car il me faut aussi avouer qu'au buffet de la Mairie nous avons bien mangé et surtout... bien bu!!

    Un détour sur Aix en Provence juste pour connaître... Avec mes enfile-aiguille je fais un carton - 50 pièces soit 500fr !! Egoïstement je ne partage pas cette recette avec mon compagnon, car dans ce cas nous travaillions  séparément... Ensembles, que pour la vente des sacs de voyage.  Direction Marseille... là je me souviens surtout d'une vraie bonne bouillabaisse dégustée sur le Port. Au Miramar... Une bouillabaisse à Marseille c'est un plat é-nor-me!! donc sieste obligée!! Nous n'avons pas "déballé à Marseille, pour une simple raison : travaillant sans statut de commerçant et sans autorisation de place dûment légale, gardiens -surveillants des marchés nous éjectent. Moi je suis gênée, mais l'ami Serge, à l'aise nous réinstalle une demi heure plus tard!! 

     Lorsque nous nous séparerons... parce que cela arrivera....        En 1979 - Aguerrie dans ce métier: je reprendrais seule, et la Corse et les routes de  la Haute-Provence. Avec autorisation de "déballer" - Enfin la première, celles qui suivront seront photocopies ;>) mais  en bonne et du forme niveau dates et marchés!!  Mine de rien, je vous instruit sur ce "métier". 

    Après Marseille, Salon de Provence, en route pour  Arles, Nîmes, Montpellier, un samedi, là j'ai trouvé beaucoup de jeunesses étudiantes ... donc vendu mes bijouteries, quincailleries*** faites en cours de route. Hélas à mon grand regret sans passer par la Camargue. Mais bon c'est Monsieur Serge, le conducteur alors... Direction Sète. Marché du matin  visite de la ville de JOJO l'après-midi.  Ayant très peu d'images j'ai pioché chez l'ami Google juste vous illustrer mon récit - de ce que mes yeux ont vu, j'en suis désolée. Plus que les villes où nous œuvrions, j'ai adoré les routes, les bords de mer et surtout à perte de vue les vignes.

- A suivre...  Perpignan, Argeles,  Collioure et  "la rupture" sur le retour hélas sans les photos gardées par Serge. MJ.

*** Pour sourire, j'en profite pour vous dire que j'ai dans mon placard, depuis 1984, un sac contenant  5 kilos d'apprêts, perles, chaines etc... Que j'ai proposés sur le cours Saleya et les marchés, pour la modique somme de 30 euros et dont aucun commerçant ne veux m'acheter grrr  - Merci Taïwan et ses pacotilles!!

MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
MA DRÔLE DE VIE  De Nice à Collioure
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 16:27

Coucou, bonjour à toutes et tous. Dur, dur, ce retour

          - Moi j'étais bien - dé-con-nec- tée  LOL

- Quoique... ayant eu pour cadeau - Un SMARTPHONE ! j'ai perdu  beaucoup de temps avant d'en savoir faire l'usage.

Avant tout je tiens à vous remercier, vous mes lecteurs, de cette fidélité constante qui me tient vivante et heureuse ce 81 nième automne de ma vie.

Mes statistiques sont encourageantes  650.950 pages lues par 32.400 visiteurs, y compris mes propres passages bien sûr -  au moins 30% !

Ce mercredi 13 septembre, une personne a vu ou lu 48 pages!! Waouh ! voila que mes chevilles gonflent, gonflent.

Ce blog ayant été créé en 2007 , il vient donc d'avoir 10 ans.

*** Lettre courte  à mon blog:

                 " BON ANNIVERSAIRE MON AMI LE BLOG"

- Que d'aventures en 10 ans et plus, puisque les amies d'AOL sont toujours là, elles aussi. - Je l'ai dis et redis: J'ai gardé tous vos commentaires eh oui... j'ai des p'tits dossiers sur vous toutes et tous mes petits amis.

- J'en profite aussi pour faire "coucou" à Cali que je ne connais pas. Que j'ai visité " A l'aube du premier jour... et  JOY que j'ai rencontrée, et Sophie, et Marianne qui se propose de mettre en pages un livret  (le but de "Ma drôle de vie) Enfin merci à toutes personnes inconnues. 

... Juste un bémol à ce bonheur... La "mémoire immédiate" me fait terriblement défaut ce qui rend le travail d'écriture difficile. Mais la "mémoire émotionnelle" est là bien vivante alors... tant que je peux me souvenir, je tape sur mon clavier.  "On écrits ce qu'on veux " Flaubert.  

La semaine prochaine retour à  "Ma drôle de vie". Encore MERCI MJ

 

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 13:22

LETTRE NON POSTÉE A  Mlle Mireille DARC

     Chère Mimi,  

   A toi j'peux bien t'le dire ...  Mis à part ce dos magnifique que tu as osé montrer à tous et surtout au "Grand blond etc."  P. Richard - qui doit  s'en souvenir encore  (sourire) ...  Moi, je ne te connaissais que peu...

   Personnellement mes cinémas c'était plutôt les films : Action - Fiction - Amour  en Trois dimension :>)

   Mais... A la Télévision, j'ai vu tes essais et "mises en scènes" sur des sujets sérieux! Tu ne voulais plus être "l'actrice" - Tu voulais plus...          Avec ta caméra et tes savoirs: Montrer certaines misères humaines.

    Et puis sur FRANCE 2 L. Delahousse nous a présenter ce Jeudi :

 UN JOUR UN DESTIN

 ... Surprise par "ton destin" J'ai pris comme un coup au cœur...  Émue aux larmes devant cette image : Toi, la petite fille brune, rejetée par père et mère... Tu apprends à danser, inscription aux cours Simon.

... Et adoucir ton visage avec ce blond qui rendait ton regard plus doux.     Quelle force il t'a fallut pour lutter et gagner ta place dans le monde du cinéma. - Débutante avec des Gabin, Ventura, Blier et tant d'autres, Tous des copains, respectueux de ta beauté, ton air coquin, ta force et cette volonté qui n'a jamais faiblis.

   J'en ai retenu que - comme une autre petite fille que j'ai bien connu...  ...Tu as construite - seule : " Ta drôle de vie". Mais toi : avec bien plus de sérieux… - " Au revoir petite sœur de cœur ".

   - Enfin: Courageusement tu as bravé les" impossibles". Aimé avec force, et tendresse. Et surtout, comble de ton amour... tu as "cédé la place" (comme on dit) ...Quittant Alain que tu adorait jusque à en oublier ta carrière, pour l'assister dans la sienne. Puis le quitter avec délicatesse, mais toujours avec amour.  "L'AMOUR C'est qu'il y a de plus beau  dit la chanson ... " Et  L'AMOUR nous est toujours rendu au centuple... - Juste et belle récompense que l'amitié qui vous unissait Alain, Toi et Pascal: l'homme qui t'as épousé.

…  Frôlant la mort par trois fois ; tu disais : - "Mourir n'est rien, puisque de toute façon nous mourons tous un jour..." -  "Ce qui me fait mal c'est de laisser ceux qu'on aime... leur faire de la peine ".

   Ton grand et unique soucis... Penser à "l'autre"... à la souffrance de ceux qui t'on aimé.

   - " Dors tranquille Mimi...  Ce vendredi, à St Sulpice ils étaient tous là... Admiratrices, admirateurs... Ainsi que tes hommes : PASCAL et ALAIN  ce dernier qui n'a pas faillit à la parole donnée.                                              

   - Rester auprès de ton mari... Tous deux unis dans un même chagrin.

     "Boul'versés  par le départ d'une : Grande blonde boul'versante".

   Ton pauvre cœur peut alors se reposer, ne plus  te faire souffrir...

   Je termine cette "Lettre non postée... Car je n'ai plus de mots,  sinon dire que, la fin de cette vie magnifique dont tu étais indéniablement la créatrice... est pour nous tous, une leçon de courage.

   AU REVOIR MIMI... Repose en paix. jamais nous ne t'oublierons.                       Et pour toi ce bouquet de fleurs blanches que tu aimais tant.

                                          

 

PS: Chère Mireille, dans cet au-delà dont parfois je doute...  Si tu vois une jolie maghrébine au doux nom de "Nadia" **   Une belle personne elle aussi... - Dis lui de ma part que ce 3 septembre... Je serai à la sortie de la maternelle avec des bonbons et des joujoux pour  Illia – sa petite fille orpheline  qui déjà m'appelait ... "MAMIE" ajoutant doucement à mon oreille, pour mon plus grand bonheur...

 " MAMIE JE T’AIME.   MJ.                                                                                ** Nadia est tombée dans un ravin ce 18 Juillet, elle avait 28 ans.

A venir: Un jour un destin: NADIA... Lorsque le souvenir sera moins douloureux. MJ.            

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 15:49
HOMMAGE ATTENTAT 2016
HOMMAGE ATTENTAT 2016
HOMMAGE ATTENTAT 2016
HOMMAGE ATTENTAT 2016
HOMMAGE ATTENTAT 2016

En images le monument provisoire,  dont les 86 galets peints par des enfants, sont maintenant posés tout là haut... sur l'Himalaya - L'hommage fleurit à Mehdi 4 ans -Sur la Prom' sont déposées partout des centaines de roses blanches. Une Prom' sur-protégée par des câbles reliés à de nombreux poteaux blancs - Mais enjolivée par de plus de jeunes palmiers - Enfin le douloureux lancer de ballons - Et "le message" Liberté - Egalité - Fraternité - avec sur chaque plaquette un coeur  où  sont inscrits les noms des 86 victimes de cet odieux attentat.

   Bien que "parisienne" de naissance je me suis jointe à cette douloureuse journée, aux côté des niçois et niçoises. Aussi au souvenir d'un homme adorable : Le père d'un couple de mes voisins. - Il était venu passer quelques jours à Nice. Tous trois dînaient sur la plage... Pourquoi le papa a voulut voir le feu d'artifice sur la Promenade ?... Il est monté... n'est jamais redescendu... le camion l'a frappé dans le dos... Là juste en bas de mon boulevard, alors que moi, à cause du vent j'étais restée au studio.

    C'était son destin comme celui de 85 autres victimes de cette horreur. Cette journée était lourde de sens, et de messages.

    Dés 9h, J'ai parcourue la Promenade et participé au "Message"... puis tout l'après midi, la place, le défilé etc.. Mais je n'ai pas eu le courage d'assister au concert, fatiguée d'avoir passé toute la journée debout, De chez moi, au parvis des "messages"quai des Etats Unies par la Promenade quatre bons kilomètres. Puis rejoindre le la place Masséna... re-détours par la Promenade: Toutes les rues étant barrées. Rejoindre le parcours du défilé, galère... plein de détours de contrôles et de fouilles.

  Et Calogéro... Je me doutais bien que sa prestation serait retransmise. En fait c'était mieux sur mon écran TV. 

    Je vous dépose la vidéo de Calogéro qui, rien que sur la toile m'a tirés les larmes. Quelle belle chanson comme toutes les chansons de ce chanteur. Chanson choisie par les parents des victimes. Qui rappelle  un autre drame -  "Un jour au mauvais endroit" une autre belle chanson.

    Voilà le résumé de cette émouvante journée.   

     Mardi je pars à Lyon... Carole m'a envoyée le billet. Nous reviendrons en blablacar... toujours avec Thimy le voyageur.  

   Et pour terminer... Ben : cette image du "BLOG EN PAUSE" au moins jusque fin août.

Donc.. Je déconnecte !! A plus tard les p'tits zamis.MJ

                                           

   

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 17:55

     Madame,

    Vous voilà partie avec votre discrétion légendaire.

La même que vous avez eue durant 30 ans, au retour d’Auschwitz- Birkenau. Sinistre ghetto où sont morts vos parents et votre frère.

    Je découvre que vous étiez une "niçoise"! - Je ne suis qu’une parisienne échouée à Nice, mais ce jour, aussi fière de vous, que les niçois, vos concitoyens.

    J'ai pris le temps de lire les articles nombreux relatant votre "Pas drôle de vie" en cette période 1939/1945 vécue dans l'horreur de cette guerre. Je retiens votre grand courage pour avoir surmonté l'odieux "Gouvernement de Vichy" - Pour mémoire - Vous livrer à ce fou, dont le seul nom me glace: Adolf Hitler.  Qui jugeant votre "race" impure" a voulu vous éliminer du monde... Glorifiant  "la race Aryenne" de son peuple... et j'en passe*** 

    Survivante active, militante tenace, combattante déterminée pour défendre la cause: Des femmes - de l'Europe - de la mémoire. Votre esprit est resté libre: hostile à toute forme de sectarisme.

    Libérale au plus beau sens du mot. Vous  vous êtes engagée en politique pour mettre en oeuvre vos idées. Et malgré les difficultés, les moqueries rencontrées, les injustes injures à votre encontre lors des séances du Sénat, du Parlement de cette époque... VOUS AVEZ GAGNE. Et vous avez accédé aux plus hautes fonctions.

-  Seule dans vos combats de toute votre vie; Simone VEIL vous avez fait avancer l'humanité tout entière.

    C'est pour tout ces raisons que: Ce triste jour de votre départ, j'ai tenu relire toute votre histoire.  

LETTRE NON POSTÉE  A Mme SIMONE VEIL
LETTRE NON POSTÉE  A Mme SIMONE VEIL
LETTRE NON POSTÉE  A Mme SIMONE VEIL
LETTRE NON POSTÉE  A Mme SIMONE VEIL
LETTRE NON POSTÉE  A Mme SIMONE VEIL

       COURT EXTRAIT DE LA BIOGRAPHIE DE SIMONE VEIL 

   -" Le 13 avril, nous avons été embarquées à 5 heures du matin pour une nouvelle étape dans cette descente aux enfers qui semblait sans fin. Des autobus nous ont conduits à la gare de Bobigny, où l’on nous a fait monter dans des wagons à bestiaux formant un convoi aussitôt parti vers l’Est. Comme il ne faisait ni trop froid ni trop chaud, le cauchemar n’a pas tourné au drame, et dans le wagon où nous nous trouvions toutes les trois, personne n’est mort  au cours du voyage. 

     ...Effroyablement serrés, une soixantaine d’hommes, de femmes, d’enfants, de personnes âgées, mais pas de malades. Tout le monde se poussait pour gagner un peu de place. Il fallait se relayer pour s’asseoir ou s’allonger un peu. Il n’y avait pas de soldats au-dessus des wagons

    La surveillance du convoi était seulement assurée par des SS dans chaque gare où il s’arrêtait. Ils longeaient alors les wagons pour prévenir que, si quelqu'un tentait de s’évader, tous les occupants du wagon seraient fusillés. Notre soumission donne la mesure de notre ignorance. Si nous avions pu  imaginer ce qui nous attendait, nous aurions supplié les jeunes de prendre tous les risques pour sauter du train. Tout était préférable à ce nous allions subir. Les traces indélébiles de ce que j’ai vécu.

       Le voyage a duré deux jours et demi ; du 13 avril à l’aube au 15 au soir à Auschwitz-Birkenau. C’est une des dates que je n’oublierai jamais, avec celle du 18 janvier 1945, jour où nous avons quitté Auschwitz, et celle du retour en France, le 23 mai 1945. Elles constituent les points de repère de ma vie.

***************************************************************

  LOI POUR LE DROIT A L'AVORTEMENT

    Pour ce combat ¨: MERCI Madame VEIL -

Personnellement, jeune mariée entre mes 17  et 18 ans ans; j'ai dû moi même, seule, pratiquer deux avortements dans des conditions difficiles à décrire sur mon récit. Pourtant il me faut le dire, le faire comprendre...

    Au parlement de cette époque, suite à votre décret -"ILS" vous ont accusée, d'incitation "aux meurtres" (d'embryons humains)

- Ignorants les souffrances morales et corporelles que nous endurions. Beaucoup sont mortes entre les mains de "faiseuses d'anges" - D'autres se sont débrouillées, pour des raison différentes et personnelles

 A cette époque il nous fallait: "procréer" (le viol conjugal) n'était pas reconnu. De plus, décidé par nos maris - Il était de bon, rester à la maison pour élever nos enfants et faire le ménage.

- En écrivant cette phrase ... l'impression d'avoir 100 ans d'âge.       Moi moi qui après 8 ans de pensionnat assortis de 8 ans: au services de ma mère, ne rêvais qu'à la liberté de vivre "ma vie". Voilà la réalité.

**************************************************************

   Beaucoup de femmes sautaient à la corde, ou pratiquait le Hula Hoop à outrance. Moi  j'ai eu la chance que mon père (employé en pharmacopée) - m'aide : conseils, et prêt d'un spéculum.

- Alors, comme beaucoup d'autres femmes de  ma génération... Souvent seules; accroupies sur une glace, nous devions insuffler de l'air dans notre utérus, pour faire mourir l'embryon. Il nous en fallait du courage et désespérance, pour accomplir ces actes.

  Me concernant, désireuse de divorcer, après quelques mois de mariage? :  - "Inconcevable !  à dit mon père...

.Chaque soir devant le métro je pensais au suicide: pour recouvrer ma liberté, mon choix de vie. Et la liberté de faire un enfant que lorsque je le désirerais et pourrait l'élever avec un mari qui me respecterait.

- Un homme observateur de mon manège - "j'y vais-j'y vais pas " -m'a empêché de sauter. Résultat: Quelques mois à la Salpêtrière avec les fous... et retour à la maison.

*********************************************************** 

   J'ai patientée grâce à ma tata Jo, ma "petite mère" chez qui souvent je me réfugiais. Elle, mère de trois enfants, une conduite exemplaire. De plus née d'une famille de sept enfants! Elle me réconfortait, mais sans me convaincre. Lien de:  Mon enfance  

 Pour compléter ce délicat et douloureux chapitre que j'inflige aux lecteurs. (je prie de m'en excuser)- J'ai mis au monde un enfant de six mois; mort-né... Dans le dortoir d'un hôpital de St Cloud... Un après-midi, aux heures "des visites" - Parce "qu'elles" n'ont pas écouté ni entendu mes appels, pas tenu compte de ma souffrance, ni de mes larmes. - Je n'avais alors que 18 ans...

************************************************************

ÂMES SENSIBLES S'ABSTENIR DE LIRE

Je me souviens:  Dans ce dortoir, au milieu d'autres lits.

- Ressentant de grande douleurs, au ventre et bas ventre, je demandais au visiteur voisin de mon lit; d'appeler une infirmière.

Visite de l'infirmière: 

- "Non ma petit dame le "travail" ne fait que commencer... 

- A la fin des "visites" il était trop tard... Dans mon lit, baignant dans le sang... "le travail était finit"  - Le petit ange était mort. 

Grâce à vous Madame, à l' IVG  que vous avez institué -  nos filles, ainsi que les générations futures ont eut le privilège de choisir leurs désirs d'enfants, ou pas ... En toute sécurité.

  Enfin, croyant sauvé ce mariage, j'ai gardé et mis au monde une belle petite fille... et j'ai divorcé - Un autre combat.

 En fait, je l'avoue, n'avoir jamais respecté l'ordre les choses.

Ainsi se termine cette lettre et souhaite que votre coeur immense repose au Panthéon. Là où  EST VOTRE PLACE .    MJ

PS: Et j'en passe***  Une de mes expressions favorites, pour éviter de ne pas tout dire. LOL 

2) Par honnêteté  j'avoue à mes lecteurs amis: Beaucoup de copier-coller  grâce à l'ami Google ! ben voyons!!     

Partager cet article
Repost0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 14:44

                  AJACCIO, BASTIA, LES ÎLES SANGUINAIRES

     Serge est un compagnon agréable et plein d'imagination, moi si curieuse j'enregistre tant d'images et de faits qu'il ne m'est plus possible de tout transcrire dans l'ordre.

     Campings, foires, marchés, ventes en sauvette, ce drôle de compagnons nous fait vivre à cent à l'heure - ce qui me conviendra au début de cette rencontre. De temps à autres nous revenons sur Nice. Serge voit sa famille... Trop brefs à mon goût. Moi je passe une, deux journées avec ma fille... un petit clin d'œil à André... qui s'empresse de me confier sa comptabilité, paperasseries etc. Et nous repartons pour la Corse... Non sans verser quelques larmes de ma part.

     Après juin, juillet, en fait je suis un peu mal à l'aise dans cette aventure que je ne trouve pas très "rentable" : Bateau - camping - essence-casse-croûtes sur les marchés et...Petit à petit... je me rends compte que souvent l’ami Serge me laisse seule à l’étal pour "faire un p’tit tour"   et revient éméché par quelques rosés ou bières… En fait il boit plus que de raison.

    Ainsi je retombe dans le problème d’alcool de Nice, avec André. Enfin j'admet que, dans cette "expérience" je suis devenue affreusement matérialiste. La vie m'a appris que l'argent était une "force": Grâce à l'argent j'ai pu gâter ma fille -Vivre avec l'homme que j'aimais. Du manque d'argent je perdais tout... Alors, pourquoi je n'aimerais pas l'argent?

    Connaissant l'instabilité d'André, j'ai toujours l'espoir de le retrouver et l'arracher à ce maudit bar. MJ

Voir: Lien:  LE SATELLITE PERDU   

Au cas ou... Vous ne voyez pas ce lien...

Retrouvez le sur:  TEXTES &POESIES :  Colonne de droite

Chapitre suivant: EN JUILLET

-  SUITE ET FIN DU MAGICIEN

PS:  Je vais faire une pause sur cette DRÔLE DE VIE .

1) Je cumule les difficultés d'écriture sur "overblog" 

2) Je cumule soucis et fatigue en plus de la chaleur... Quant ça veux pas...

3) Les "ACTUALITES cumulent de tristes faits divers que j'aurais à coeur d'évoquer. A bientôt MJ.

Partager cet article
Repost0

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD