Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

/ / /

      1955  SIMON

     

    Avril1955 - La date de mon mariage est fixée le 14 Mai 1955.

    Avec Maman nous allons souvent sur Paris acheter les accessoires pour accompagner la jolie robe que Maman s'est donné la peine de confectionner. A la maison, nous sommes tous très excités...

    Un matin, me rendant à mon travail, je descends du train quant une douleur brutale me déchire le dos. Je souffre beaucoup. Un jeune homme me porte secours. Nous nous dirigeons vers le buffet de la gare du Nord. Il reste un peu avec moi. Un visage très doux, réplique de Daniel Gélin le beau gosse de cette époque : - Inconsciement nous sommes très attirés l'un vers l'autre. Devant notre chocolat chaud, nous restons plus d'une heure ensemble, le temps à passé si vite... Je ne ressents presque plus cette douleur, mais en marchant elle se rappelle à moi.. Je décide de reprendre le train pour rentrer à Goussainville. Avant de nous séparer nous échangeons nos adresses.

    Le lendemain le médecin diagnostique une déchirure musculaire sous l'épaule. Huit jours d'arrêt de travail. Dans ma chambre, à quinze jours de mon mariage je ne pense qu'à ce garçon qui semble sorti tout droit de mon magasine - photo préféré: "Nous Deux" ces yeux noirs, sa chevelure brune ondulée, la mèche rebelle. Je pense trop à la douceur de ces gestes, à sa voix douce. Comme moi il me semblait aussi pur, à peine sorti de l'adolescence. Nous échangeons quelques courriers, dans lesquels je ne parles pas de ce futur mariage.  A la fin de ces huit jours de repos forcés, l'envie de revoir Simon est impérative donc... nous prenons rendez-vous chez lui...

    " Chez Simon "– Une chambre d’hôtel rue Marcadet.

     Malgré les années et les évènements qui suivirent je revois encore cette chambre. Modeste, un lit, un placard, une chaise… détail que je précise pour expliquer que nous nous asseyons sur le lit ! Alors, alors là nous nous embrasserons  follement - mon plaisir favori- Puis ces mains glissent sur mon corps… Je le retiens… « Non Simon, non,  je dois te dire…

… - Que je me marie ce prochain dimanche. Tout est prévu, organisé. Toute ma famille prévenue, c’est irrémédiable ! Je pleure désespérément devant mon propre aveu, découvrant enfin cette incroyable vérité.  

    Simon me console avec quelques mots, qu'il n'aurait pas du prononcer:

   -  Rien n'est jamais définitif Monique, j'espère te revoir, ne m'élimine pas de ta vie, laisse-moi une chance. Nous nous quittons sur ces derniers mots.

Résultat de recherche d'images pour "gifs gratuits séparateur de texte"

LE MARIAGE   

    Ce matin du 14 Mai 1955 – La maison, et la cour étaient envahiesde muguets et de dahlias blancs apportés de Bourgogne. Toute ma famille était là... sauf mon père: Comme avant, aux grilles du pensionnat j'espérais, il ne vînt pas: Sa femme l’en avait empêché.

- C’est à la Mairie du vieux Goussainville que nous fûmes officielement mariés. - Il n’en fût pas de même à l’église.

    Georges, de religion protestante et récemment divorcé ne pu accompagner m'accompagner jusqu'à l'autel. Le curé qui avait suivit toute mon adolescence dans mon éducation religieuse ne le permit pas. Pas de père, pas de mari au bras de la mariée et : pour la première fois de ma jeune vie, pas de messe.

    J'entrais dans l'église, avec ma  famille, mes amies et quelques voisins... mais seule au bras de mon grand-père pour juste une bénédiction. Un flot de larmes serrait ma gorge. C'est alors que je ressentit un malaise qui ma fit vaciller, on en déduit qu’il était du à l’émotion ? Ou peut-être, la forte odeur des petits bouquets de muguets que chacun des invités portaient ?

Personne ne sut, que c'était le manque de ce père chéri, qui, ainsi qu'une tenaille,  étouffait mon coeur.

 MA DRÔLE DE VIE l'histoire continue...
 MA DRÔLE DE VIE l'histoire continue...
 MA DRÔLE DE VIE l'histoire continue...
 MA DRÔLE DE VIE l'histoire continue...

  

 

Partager cette page

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans MA DROLE DE VIE

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD