Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout au fond du "jardin de Claire" se dresse une  ruine. 

Depuis des années Claire rêve devant ces ruines.

      Ainsi est né ... LE PAN DE MUR

Un escalier y a laissé sa trace. Des vestiges de  papiers pendent.

Çà et là, une chambre,  nid d'enfant,  salon,

Trace d’une cheminée Traces d'une vie... .

 Claire se pose et  vous  raconte "ses souvenirs" 

 

2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 15:54

     "Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés, qui l'eût cru déplore la perte de l'été... qui depuis d'en est allé". B.Bardot 

     Fin mai 1970 - La plage marche bien, une belle clientèle, quoique une gestion difficile ainsi je la décris dans le chapitre précédent.

  Lorsque de Nice, j'ai une triste nouvelle. Mon, père a eu un malaise dans sa cuisine, il s'est traîné jusque sur le palier où il est mort sans avoir pu dire où me joindre. Je n'en sais pas plus, c'est ma fille qui me téléphonera le décès de son grand père.

   Je suis anéantie! Je me souviens m'être réfugié dans le garage de la plage, suppliant le ciel de me  démentir ce départ injuste. Un mois avant l'occupation de la plage, ma mère, suite à un accident, avait choisit Nice, pour un séjour en thalasso... A deux semaines près j'aurais pu réunir mes deux parents sur cette jolie plage. C'était mon projet, le but - cette plage pour laquelle je m'investissais tant. Réunir mes parents, mon rêve le plus fou allait  se réaliser.

    Steve m'a conduite très rapidement à Nice, par la mer - en hors bord -  me rassurant – Qu’il veillerait au bon fonctionnement de la plage durant mon absence – Promesse tenue.

   A Nice, déjà mon oncle s'était occupé des obsèques, avait fait toutes démarches, déménagement, jusqu'à mettre les meubles en dépôt chez un brocanteur chez qui j’ai pu récupérer la salle à manger. Mais je n’ai reçu aucun objet, pas même un album photos. RIEN ...que mes pauvres souvenirs d'une enfance volée, et ma vie de femme incomprise.

     Mal considérée  par cette famille de "fonctionnaire" à cause du métier vers lequel toujours je me tournais : La restauration.  Il eut été vain d’expliquer que j’avais ce besoin vital d’être reconnue. Exprimer mon empathie envers l'autre, cuisiner et rendre heureux mes clients. En quelque sorte, retrouver " Ma rue Broca".

  Juste pouvoir embrasser ses mains glacées - Assister à la crémation de mon père. C'est le cœur lourd que je retournais à St Maxime.

    Je me remis à la tâche avec encore plus de hargne... C'est alors qu'il m'arriva un curieux incident. Un après midi d'orage, donc la plage désertée. Profitant de la terre malléable sous la pluie,  je décidais de faire une bordure de fleurs juste à l'entré du "Grand hunier". Je n'avais pour bêcher qu'une pèle américaine***... Au dessus de ma tête éclairs et grondements de tonnerre. J’étais seule. C'est alors que je me sentie mal… une salive écœurante me remplie la bouche.

    J'oserais dire que mon instinct me dit: - Court ou tu vas mourir !

  Je sais que, aux yeux du lecteur, cela peut paraître folie que d'écrire cet instant. J'ai jeté la pelle et terrifiée, courus aussi vite que le sable me le permettait. Quant soudain un éclair incroyable à claqué dans mon dos. Me retournant, j'ai vu à terre l’olivier brûler, renversé par le lampadaire sur lequel la foudre était tombée… Juste à l’endroit où je bêchais.

    De ce jour là, j'eus la certitude que je serai toujours protégée.

PS: Les pelles américaine ont le manche également en fer. 

MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE

     çi dessus, la beauté du Golfe de St. Tropez que nous traversions en pédalot

     

                                            STEVE A.   FIN DE L'AVENTURE

       Juin 1971... Tout va bien jusqu'au jour ou... Visite des douaniers de la mer AIE!! Aucun droit d'ouvrir une plage sans aucune autorisation. 

     Nous avons jusqu'au 30 juin pour libérer la plage, autrement dit: rendre la maison et partir. En résumé Steve avait tout simplement loué une maison  en bord de mer avec l'idée d'exploiter le lieu dit pour y établir une plage. De plus y installer tout les achats que j'ai décrit sur le début de cette aventure.... Bien entendu aucune facture de la Foire de Marseille ne fut réglée... pas plus que le marchand de vaisselle de Nice.

    Nous, les employés... dont je finis par faire partie :<(  - Nous quittons les lieux sans être totalement payés, mais sans rancune...Steve tellement drôle, tellement sympa! Moi j'ai besoin d'argent, pour ma fille et pour le loyer de mon studio sur Nice, je rigole moins.

    J'ai encore de la chance. - Mon demi-frère travaille dans un restaurant sur les hauts de Grimaud. Le personnel est au complet, mais sur le Port, le même propriétaire a besoin de personnel. C'est là que je finirais la saison, me logeant sur le camping : "Les Prairies de la Mer", toujours face à St Tropez.  J'ai vu des touristes par centaines, descendre du pont jusqu'aux canal pour venir aux restaurants!  C'était impressionnant, et j'avoue que cette foule me faisait un peu peur.  Je suis affecté en terrasse et là j'en bave !! A cette époque, le service se faisait "au plateau", ce qui consistait pour le serveur de porter, sur le plateau: les bouteilles, le siphon, verres, cendrier, tapas... Très lourd le plateau OUF! Le patron m'avait bien prévenue

    - " Je vous prend à l'essai damoiselle, si vous n'avez pas la force,  je ne pourrais pas vous garder OK ? - " OK Monsieur.

     Une semaine passe, je fais un malaise, donc illico, je suis renvoyée.

    Je supplie le patron... Laissez-moi me reposer demain et cela ira.

   -  " Désolé, je vous avais prévenu Monique je ne peux pas vous garder.

     Je me dirige vers le camping en pleurant...Passe à regret le pont, direction les "Prairies de la Mer"... Une main tapote mon épaule ? Je me retourne... IL est là !... Le patron.

    - " Allez  brave petite, reposez-vous deux jours et revenez pour le week end. Vous passerez derrière le bar ce sera moins difficile. OUFF!!  - Et toujours... Merci  Dieu ou  "mon ange gardien"? N'écoutant que mon cœur  je lui saute au cou.

    -  "Oh merci monsieur, le bar je connais parfaitement !

    Je rentrerais à Nice fin Août, avec des sous. Un passage au Select -bar... juste faire un coucou à André. Il m'annonce son mariage avec la serveuse... Elle est enceinte! ben voyons, pas perdu de temps : "Mon Dédé.  - No soucis,  je le retrouverai en qualité d'amant c'est sûr !

     - "Pour le plaisir... Comme chantait déjà Herbert Léonard!!

     Enfin je sais que je suis sauvée de mon addiction à cet homme.                  Mais une autre addiction m'attend: LE JEUX.

    Je termine sur STEVE A. - J'apprendrais de son "copain Gérard"  (le champion de hors-bord)  que Steve a fait naufrage en Espagne... Perdu le beau bateau ! Rentré à Genève, c'est son papa  qui à du être content de payer les additions laissées sur la Côte d'Azur !

         "Biens mal acquis ne profitent jamais...

                   ... C'est bien vrais et  -  c'est bien fait!   MJ.

Me reste quelques belles images qui allument ces souvenirs, que  je partage avec vous. MJ.

MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE
MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE
MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE
MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE
MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE
MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE
MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE
MA DRÔLE DE VIE - SUR LA PLAGE ABANDONNEE

Partager cet article

Repost 0
claire-le-pan-de-mur.over-blog.com Claire - dans ma drole de vie
commenter cet article

commentaires

esterina 10/04/2017 19:06

Et Béééé ma gisquette tu as eu combien de vie ? tu es pire qu'un chat !!! ce que j'admire chez toi c'est cette puissance, cette incroyable rage de vivre, rien n'entame cette soif peu importe les joies, les peines en vaillant petit soldat tu rebondis...
BRAVO te lire est une leçon à apprendre et à méditer " sur tenir debout coûte que coûte"
bisous

Claire 21/04/2017 18:27

@esterina: Tu as tout compris... effectivement l'impression d'avoir eu au minimum 3 vies concernant métiers effectué avec passion. Je n'ai perdu qu'une bataille celle du Select (André) . Merci de tant de compliment. Toi aussi tu va rebondir ;>) Bises

annie 07/04/2017 13:40

bonjour claire! beaucoup de boulot en c moment la maison de maman en vente pour payer la maison de retraite, toute une vie à débarrasser que des souvenirs enfin pas le choix, vous avez un super ange gardien j aimerai avoir le même mais enfin je ne me plains pas! votre vie est trés mouvementée et vous en avez bien profitez vous avez eu raison le temps passe si vite, j aime beaucoup vous lire votre vie, un vrai roman que j adore! à bientôt bizzzzzzz annie

chaourcinette 05/04/2017 11:04

eh bien dis donc, il chômait pas ton ange gardien !! heureusement qu'il veillait sur toi !! quelle tristesse avec la mort de ton père, ne pas pouvoir récupérer photos et souvenirs, c'est très dur......ainsi va la vie!
Tu as bien profité de ses années folles et tu t'en est bien sortie , même dans les moments difficiles !!
J'adore ta vie pleine de rebondissements, pleine de folie !!! continue à nous enchanter !! bises belle de Nice !

Claire 05/04/2017 18:11

@ chaourcinette: Tu l'as dis mon amie... cet ange là a bien mérité son paradis :>) Pour mon père... oui difficile. Notre destin était de ne jamais vivre ensemble,: La page la plus sombre de ma vie. Mais pour la diversité de mes "péripéties" je les écris; les lis et relis avec jubilation. Si je te dis qu'à présent, je m'ennuie un peu... Tu me crois? - Merci toujours.

christian 05/04/2017 10:57

Tant d'informations dans un seul article! On a envie de s'arrêter sur chaque événement. La mort de ton père d'abord. Je me rappelle la chanson de Barbara, "Il pleut sur Nantes". Ce rendez-vous manqué avec le père qui est mort trop tôt. Ensuite cet extraordinaire pressentiment. La foudre qui tombe à l'endroit où tu étais quelques secondes plus tôt. C'est fascinant. Enfin cette aventure malheureuse de la plage....
On est pris par ton récit, on attend la suite mais déjà il dessine le portrait sans concession d'une belle personne, amoureuse de la vie et sensible jusqu'à la souffrance.... Sacrée nana!

Claire 05/04/2017 11:18

@ christian: En retour: Sacré cricri - Sniff, tu as débusqué le point sensible. Effectivement, mon père et moi nous nous sommes retrouvés trop tard... et il est parti trop tôt. D'abord nous nous heurtons. Puis mes études le rassurent = achat du vélomoteur et: Oups je barre à nouveau où? Vers St Trop' ouvrir une plage!! - Il a du partir malheureux. Envie d'intituler le livret: "De l'amour, du bonheur, et des larmes"- Mais c'est "Drôle de vie" le titre s'pas? alors obligée de la provoquer, la subir, me battre et malgré TOUT L'AIMER. Bizzz

PAT 04/04/2017 23:37

Coucou la belle de Nice,

Je viens de lire le retard que j'avais pris et quel régal. Ton ange gardien était bien présent lorsque la foudre est tombée...En plus de ta belle écriture, on a la chance de voir des photos.
C'est toujours un plaisir de te lire.
Gros bisous

Claire 05/04/2017 18:24

@ PAT : Et moi , je t'attendais patiemment. Quel beau compliment "me lire avec régal" un peu comme on mangeait dans mes restaux LOL. Oui, je te l'assure, j'ai bien ressenti cette menace silencieuse et lourde ...entre les deux éclairs. Si j'ai couru... ben, euh, c'est pour pouvoir un jour te déposer ces quelques belles images de notre fabuleuse planète

  • Claire

MA DROLE DE VIE

Résultat de recherche d'images pour "livre gif animé gratuit"  A L'automne de sa vie Claire se pose, raconte ses souvenirs

TU NAIS SEUL, TU MEURT  SEUL,  ENTRE LES DEUX IL Y A DES FAITS DIVERS. CHOISISSEZ BIEN VOS FAITS DIVERS  L Ferré

    MON ENFANCE 

 1955 - 1960 MARIAGE

LE CHEMIN  DE LA LIBERTE

1960 - PORTE DE PANTIN

BILLANCOURT - RUE BROCA

1969 LA SCHLAGUE

1970 - 1980  NICE

1970  - LE SELECT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

MONTMARTRE

  UN AMOUREUX DE MONTMARTRE

    MONTMARTRE SECRET

POESIES - TEXTES

POESIES

J'AI FUIS     J'AI VU       RÊVERIE

 A MON ETOILE      ODE A MON CHAT

 RACINES    REQUIEM     PEUT - ETRE

RENCONTRE

TEXTES

2012  ECRIRE   

 MA TANTE JO   TU ME MANQUES

IMPOSSIBLE AMOUR

LE RÊVE FOU

LE SATELLITE PERDU

 

                                                                                                                              

 

ENFANTS DE LA GUERRE

      GERALD